Wall Street finit sans direction

Traders work on the floor of the New... (PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS)

Agrandir

Traders work on the floor of the New York Stock Exchange July 23, 2014. REUTERS/Brendan McDermid (UNITED STATES - Tags: BUSINESS)

PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Wall Street a terminé sans direction lundi, gagnée par la méfiance au début d'une semaine chargée en rendez-vous économiques d'envergure, dans un contexte de tensions géopolitiques persistantes.

-----------------

Les marchés à la fermeture:

  • TSX 15 445,22 / -9,82 (-0,06%)
  • Dow Jones 16 982,59 / +22,02 (-0,13%)
  • S&P 500 1 978,91 / +0,57 (-0,03%)
  • NASDAQ 4 444,91 / -4,65 (-0,10%)
----------------

Dès l'ouverture, les indices new-yorkais se sont montrés hésitants, un ton velléitaire encore accentué par la sortie d'un indicateur décevant dans le secteur de l'immobilier américain dans la matinée.

Les promesses de ventes de logements aux États-Unis ont en effet reculé en juin pour la première fois depuis trois mois, enregistrant en outre un recul plus prononcé que prévu.

«La semaine aurait pu mieux commencer avec l'annonce de nouvelles opérations de fusions-acquisitions, ce que le marché aime, mais les investisseurs ont un peu peur» avant la sortie d'une série de nouvelles statistiques sur l'économie américaine, a noté Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services.

La chaîne de magasins à bas prix Dollar Tree a fait part dans la matinée de l'achat de sa concurrente Family Dollar pour 8,5 milliards de dollars, une nouvelle bien accueillie à Wall Street. La première a gagné 1,20% à 54,87 dollars, et la seconde s'est envolée de 24,86% à 75,74 dollars.

Le site internet américain d'évaluation immobilière Zillow (+0,92% à 160,32 dollars) a quant à lui annoncé l'acquisition pour 3,5 milliards de dollars de son principal rival Trulia, qui a grimpé de 15,42% à 65,04 dollars.

Parmi la salve de statistiques à paraître cette semaine, deux chiffres sont perçus comme des menaces, selon M. Volokhine: «les chiffres sur l'emploi et l'indice des prix associé aux dépenses de consommation (PCE) sur l'inflation (en juin) publiés vendredi».

En effet, «si le marché du travail s'améliore un peu plus que prévu et s'il y a un peu plus d'inflation qu'attendu, le marché va craindre» que cela n'incite la Réserve fédérale américaine (Fed), qui surveille très étroitement l'emploi et la hausse des prix, à resserrer sa politique monétaire de façon anticipée, a-t-il expliqué.

Le comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) entame d'ailleurs mardi une réunion de deux jours mais peu de surprises étaient attendues de son communiqué mercredi.

Après deux semaines dominées en grande partie par les résultats d'entreprises américaines, les opérateurs se concentreront aussi sur la sortie mercredi de la première estimation du Produit intérieur brut des États-Unis au deuxième trimestre.

Les risques géopolitiques sont restés très présents dans les esprits et ont poussé les investisseurs à «se mettre à l'abri», a relevé Andrea Kramer, de Schaeffer's Research Investment, citant le Proche-Orient et les tensions entre les nations occidentales et la Russie.

Apple en hausse

Wall Street a aussi surveillé le titre du géant informatique Microsoft (-1,19% à 43,97 dollars) alors que certains de ses bureaux en Chine ont été perquisitionnés par les autorités dans le cadre d'une enquête antitrust.

Apple a gagné 1,38% à 99,02 dollars. Le géant informatique a confirmé avoir racheté en fin de semaine dernière la start-up de recommandation littéraire en ligne BookLamp et s'apprêterait, selon les médias spécialisés, à racheter une petite radio d'informations en ligne, Swell.

Avant la publication de ses résultats mardi, le réseau social Twitter a cédé 0,60% à 37,93 dollars.

Amazon, dont les comptes trimestriels ont nettement déplu au marché vendredi, chutant de près de 10%, s'est encore replié de 1,11% à 320,41 dollars. Le groupe de distribution en ligne a annoncé lundi qu'il allait se lancer dans le secteur de l'impression 3D.

Le marché obligataire a reculé. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a progressé à 2,491%, contre 2,469% vendredi soir, et celui à 30 ans à 3,262% contre 3,244% en fin de semaine dernière.

Toronto

Une baisse des cours des actions du secteur de l'énergie a fait reculer la Bourse de Toronto lundi, les opérateurs se préparant à une forte vague de publication de résultats trimestriels cette semaine, particulièrement du côté des ressources naturelles.

Certains grands noms des secteurs minier et énergétique canadiens, comme Barrick Gold (T.ABX) et Suncor Énergie (T.SU) , doivent dévoiler plus tard cette semaine leurs plus récents résultats financiers trimestriels.

Ces deux secteurs affichent les meilleures performances du parquet torontois depuis le début de l'année - soit un gain d'environ 19% pour le secteur de l'énergie, tandis que celui de l'or a avancé d'environ 28%. Cependant, les deux groupes avaient perdu environ 50% l'an dernier. Le secteur de l'énergie affiche la croissance la plus importante puisque son poids sur le marché est beaucoup important que celui des titres aurifères.

Bombardier (T.BBD.B) doit aussi publier ses résultats jeudi. Son action est près de son creux des 52 dernières semaines de 3,44 $ et les investisseurs seront intéressés d'avoir une mise à jour du programme d'avions de la CSeries, qui connaît des retards. Le titre de Bombardier a cédé lundi 4 cents à 3,61 $.

Le secteur de l'énergie a affiché le plus important recul lundi, avec un retrait de 0,84%. Le prix du pétrole brut a perdu 42 cents US à 101,67 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York.

L'action d'Athabasca Oil (T.ATH) s'est défait de 47 cents, soit 6,83%, à 6,41 $, la société cherchant à rassurer les investisseurs par rapport à la clôture de la vente d'actifs de sables bitumineux à PetroChina pour la somme de 1,23 milliard $.

L'indice phare du TSX a néanmoins clôturé lundi bien au-dessus de son creux pour la séance. Le secteur aurifère a même terminé la journée en territoire positif, avec une hausse d'environ 0,8 pour cent. Le prix du lingot est resté inchangé à 1303,30 $ US l'once à la Bourse des matières premières de New York.

Le secteur des métaux de base a réalisé le gain le plus marqué, soit 1,11%, pendant que le cours du cuivre restait, lui aussi, inchangé à 3,24 $ US la livre à New York.

Le dollar canadien a clôturé lundi à 92,59 cents US, en hausse de 0,12 cent US.

- Avec La Presse Canadienne




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer