Nouveaux sommets pour le Dow Jones et le S&P 500

Les indices vedettes de Wall Street, le Dow Jones et le S&P 500 se sont hissés... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Les indices vedettes de Wall Street, le Dow Jones et le S&P 500 se sont hissés à de nouveaux sommets historiques vendredi, dopés par des chiffres du chômage jugés encourageants pour la reprise américaine: le premier a gagné 0,52 % et le second 0,46 %.

----------------

Les marchés à la clôture :

  • TSX   14 838,90 / 38,72 (0,26 %)
  • Dow Jones   16 924,28 / 88,17 (0,52 %)
  • S&P 500   1949,44 / 8,98 (0,46 %)
  • NASDAQ   4321,40 / 25,17 (0,59 %)

----------------

Revigorée la veille par l'annonce de mesures de relance fortes par la Banque centrale européenne (BCE), la Bourse new-yorkaise n'a rien perdu de son ardeur à l'orée du week-end, stimulée par des chiffres mensuels jugés de bon augure pour la santé du marché du travail américain.

Preuve de l'assurance retrouvée du marché et de la faible volatilité des échanges, l'indice VIX, dit indice de la peur, a clôturé à 10,73,  son plus bas niveau depuis le 23 février 2007, avant la crise financière qui avait ravagé Wall Street. Il avait alors terminé à 10,58.

«On a le beurre et l'argent du beurre», s'est félicité Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management: «des mesures de relance et un bon rapport sur l'emploi aux États-Unis».

Le taux de chômage aux États-Unis est resté stable en mai (6,3 %), à son plus bas niveau depuis septembre 2008.

Et si les créations d'emplois ont ralenti, comme attendu, à 217 000, contre 282 000 en avril (chiffre révisé), le nombre total des emplois a dépassé son niveau de janvier 2008, avant que la récession ne fasse perdre 8,7 millions d'emplois à l'économie américaine.

Les progrès observés sur le marché de l'emploi jusque-là «laissent anticiper que l'économie sera capable de produire encore davantage d'emplois dans les prochains mois», a relevé Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital.

Le marché a accueilli cette bonne nouvelle sans arrière-pensée, la crainte qu'elle s'accompagne d'un durcissement de la politique monétaire américaine n'apparaissant pas encore d'actualité.

«Cela laisse présumer que le programme de rachats d'actifs de la Réserve fédérale américaine (Fed) va continuer à ralentir», mais au vu de l'état encore fragile de l'économie américaine, «ses taux d'intérêt directeurs ne vont pas être rehaussés avant un an», a estimé Sal Guatieri, de BMO Capital Markets.

Apple recule avant la scission de son titre

Les opérateurs ont aussi surveillé le titre du géant informatique Apple, qui a terminé en léger recul (-0,27 % à 645,57 dollars). L'action était en effet sur le point d'être scindée en sept après la clôture des échanges vendredi, conformément à une décision annoncée en avril et destinée à la rendre «plus accessible à un plus grand nombre d'investisseurs».

Le groupe de médias Time Warner, dont la branche magazine Time Inc s'apprête à prendre son indépendance après la fin de la séance, mettant fin à un mariage datant de 1990, a lui avancé de 0,28 % à 71,08 dollars. La nouvelle société indépendante sera cotée dès lundi sur le New York Stock Exchange, sous le symbole «TIME». Les actions Time Warner continueront de s'y échanger sous le symbole «TWX».

Le vendeur américain de vêtements pour hommes Men's Wearhouse, sur le point de finaliser le rachat de son concurrent Jos. À Bank Clothiers (+0,06 % à 64,97 dollars) annoncé en mars, et qui a fait état d'un bénéfice et d'un chiffre d'affaires trimestriels supérieurs aux attentes, a grimpé de 5,65 % à 54,25 dollars.

L'assureur AIG, qui a annoncé jeudi soir qu'il allait racheter jusqu'à deux milliards de dollars de ses propres actions, s'est apprécié de 0,62 % à 55,29 dollars.

Dans la distribution, le géant Wal-Mart, qui a annoncé vendredi un changement au sein de son conseil d'administration , a lâché 0,14 % à 77,21 dollars.

Le loueur de voitures Hertz, qui va revoir l'intégralité de ses comptes des trois dernières années après avoir découvert des erreurs, s'est enfoncé de 9,05 % à 27,73 dollars.

Le marché obligataire a légèrement reculé, après un début en hausse. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a progressé à 2,597 % contre 2,584 % jeudi soir et celui à 30 ans à 3,437 % contre 3,432 % la veille.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer