Exclusif

Lisée rabattrait les salaires des hauts dirigeants

Chez Loto-Québec, Gérard Bibeau a gagné 376 000 $, plus... (Photo Robert Skinner, archives La Presse)

Agrandir

Chez Loto-Québec, Gérard Bibeau a gagné 376 000 $, plus 16 000 $ pour les frais de séjour.

Photo Robert Skinner, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La poignée de hauts dirigeants des sociétés d'État commerciales, Loto-Québec, la Société des alcools, de même que les patrons d'Investissement Québec et d'Hydro-Québec verraient leurs revenus coupés de moitié sous un gouvernement du Parti québécois.

Une fois élu, Jean François Lisée plafonnerait la rémunération de tous les employés de l'État au salaire du premier ministre, moins 10 %. Avec un revenu d'environ 250 000 $ pour le premier ministre, avantages compris, cela mettrait la barre à 225 000 $ environ pour ces mandarins, qui gagnent souvent le double actuellement.

Dans une entrevue accordée à La Presse, à son bureau de l'Assemblée nationale, Jean-François Lisée explique comment son gouvernement mettrait un frein à la dérive de la cupidité - les hausses faramineuses de la rémunération des six dirigeants de Bombardier ont jeté une lumière crue sur ce phénomène mondial au cours des derniers jours.

Lisée promet de prendre à bras le corps les inégalités de revenu au Québec et de donner un signal fort pour contenir les écarts de richesse dans « des limites socialement équitables ». Le Québec doit faire partie des sociétés « qui incitent à la modération » en ces matières, plaide-t-il.

S'inspirant des deux sommets économiques présidés par le premier ministre Lucien Bouchard en 1996, Lisée convoquerait des états généraux « de l'éthique et de l'équité », où patrons, syndicats et experts pourraient, ensemble, « définir un cadre de référence non contraignant mais socialement influent » pour inspirer ceux qui décident de ces hautes rémunérations dans le secteur privé.

« Depuis les années Reagan, c'est devenu normal de voir des écarts de richesse scandaleux. Dans le monde entier, il y a une prise de conscience pour que cela cesse, chaque année aux réunions d'actionnaires, on assiste à une montée du ras-le-bol ! »

« Il faut avoir un sain respect des forces de l'argent, mais moi je suis de l'école de Jacques Parizeau, qui savait que l'État québécois pouvait parler d'égal à égal avec les forces de l'argent », laisse-t-il tomber.

Seule exception, prévoit-il, le président de la Caisse de dépôt et placement : « L'histoire montre que c'est quelqu'un qui vient du milieu financier, dont le salaire était plus élevé. »

Pas de passage au secteur privé

M. Lisée ne prête pas foi à l'argument récurrent voulant que ces hauts dirigeants passeraient au secteur privé si on les privait de ces salaires stratosphériques.

« C'est une fiction entretenue par les hauts salariés, ils disent que c'est indispensable, on peut facilement démontrer l'inverse », observe-t-il.

Même traitement pour les recteurs des universités du Québec. Certains gagnent plus de 300 000 $ par année, or, « ça n'existe pas, un recteur qui a été embauché par la suite par une université américaine », résume-t-il. D'ailleurs, tout le réseau universitaire devra se plier aux règles qui gouvernent le secteur public, et des pénalités seront imposées aux établissements qui persistent à verser de hauts salaires à leurs dirigeants.

Le gouvernement n'a guère de moyens pour contraindre le secteur des banques, mais il peut changer les choses dans le Mouvement Desjardins. La loi sur les coopératives pourrait être modifiée pour assurer que la rémunération « actuellement extravagante » des dirigeants « ne puisse dépasser un multiplicateur raisonnable » par rapport aux salaires des employés. Vont-ils passer au secteur privé ? Chez Desjardins, sauf exception, les dirigeants ont progressé au sein de l'institution, plaide Lisée. Au Crédit agricole, deuxième banque de France, les dirigeants viennent toujours de l'interne, observe-t-il.

Geler la rémunération des médecins

Le tiers du 1% des Québécois les plus fortunés sont des médecins, dont le salaire moyen est de 300 000 $ par année. Dès son élection, le PQ gèlerait la rémunération des médecins, une mesure nécessaire pour la santé des finances publiques, mais aussi pour réduire les disparités économiques. Imposer une rémunération équitable aux médecins, « c'est lutter pour davantage d'égalité », lance-t-il, relevant qu'un groupe de médecins québécois avaient soutenu publiquement qu'ils s'estimaient suffisamment payés.

Les contribuables qui fraudent le fisc se verraient imposer des amendes ; plus question de passer l'éponge pour ceux qui acceptent de payer volontairement leur dû après avoir dissimulé des revenus au fisc. L'amnistie actuelle ne dissuade pas les fraudeurs qui estiment qu'ils n'ont rien à perdre s'ils dupent l'impôt.

LE CLUB DES 300 000 $

Les propositions de Jean-François Lisée supposent des réductions de rémunération importantes pour plusieurs postes de la haute fonction publique. Voici la liste des cadres touchant 300 000 $ et plus, au 31 mars 2016, le document le plus récent fourni par le Conseil exécutif.

Autorité des marchés financiers, Louis Morisset, 414 000 $

Hydro-Québec, Éric Martel, 493 000 $ 

Secrétaire général du gouvernement, Juan Roberto Iglesias, 313 000 $, plus les frais de séjour et les frais de représentation 

Loto-Québec, Gérard Bibeau (remplacé) 376 000 $, plus 16 000 $ pour les frais de séjour 

Société québécoise des infrastructures, Luc Meunier, 317 000 $, plus allocation d'auto et frais de représentation

Investissement Québec, Pierre-Gabriel Côté, 391 000 $

Société des alcools, Alain Brunet, 390 000 $

D'AUTRES MANDARINS SONT TOUT PRÈS DE LA BARRE DES 300 000 $

Directeur du projet CHUM, Clermont Gignac, 280 000 $ plus allocation d'auto et frais de représentation

PDG du CHUM, Patrice Brunet, 296 000 $

CIUSS Estrie, Patricia Gauthier, 293 000 $

CHU Québec, Gertrude Bourdon, 290 000 $

Directeur de la santé publique, Horacio Arruda, 274 000 $

Sous-ministre des finances, Luc Monty, 255 000 $, plus allocation d'auto et frais de représentation

La haute fonction publique compte en outre 76 mandarins payés plus de 200 000 $ par année




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Le PQ «se radicalise», pense Couillard

    Politique

    Le PQ «se radicalise», pense Couillard

    Philippe Couillard est sans équivoque : «On assiste clairement à une radicalisation du Parti québécois.» Le dernier épisode en lice le menant à tenir... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer