Martin Coiteux maintient l'abolition des référendums municipaux

Martin Coiteux... (Photo Yan Doublet, archives Le Soleil)

Agrandir

Martin Coiteux

Photo Yan Doublet, archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux n'entend pas retirer du projet de loi 122 la mesure prévoyant l'abandon des référendums. Les villes de Québec et Montréal avaient demandé de mettre fin à ce système qui force la tenue d'une consultation sur un projet dès qu'un certain nombre de signatures est réuni.

«Il faut changer nos pratiques dans l'intérêt collectif. Les élus municipaux ont à arbitrer des visions différentes, on est élu pour faire ces arbitrages», a souligné M. Coiteux.

Plus tôt, l'Institut du Nouveau Monde relevait dans son témoignage que cinq projets de développements qui avaient fait l'objet de référendums à Québec s'étaient tout de même réalisés. «Il y a eu des projets qui ont été de moins bons projets. On sait comment ça fonctionne, dans certains cas une minorité très mobilisée agit contre l'intérêt d'une majorité moins mobilisée», a résumé le ministre Coiteux.

«Il y en a qui souhaitent le statu quo, d'autres qui disent le contraire, que le système actuel n'est pas le bon système», a relevé M. Coiteux en marge de la commission parlementaire chargée d'étudier le projet de loi 122 qui veut conférer aux municipalités le statut de «gouvernement de proximité».

«Certains pensent que ce n'est pas le bon système (les référendums), qu'il faut consulter les citoyens de manière différente», observe-t-il. Il avait retiré cette disposition du projet de loi qui reconnaissait à Québec son statut de capitale pour l'insérer plutôt dans le projet de loi touchant l'ensemble des municipalités, «pour qu'on puisse en parler de façon plus vaste».

«Il y a peu d'exemples dans le monde qui correspondent à ce qu'on fait ici. Il y a des projets qui n'avancent pas alors qu'ils sont dans l'intérêt du plus grand nombre», a dit M. Coiteux. Pour lui l'important est de maintenir «une participation citoyenne», mais on peut se demander si le système actuel, où on peut déclencher un référendum avec un certain nombre de signatures, «est le meilleur système».




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer