Les compressions ne doivent pas être source de morosité, dit Couillard

Déplorant un discours souvent pessimiste, voire morose, en... (PHOTO NICOLAS TUCAT, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Déplorant un discours souvent pessimiste, voire morose, en France, mais aussi au Québec, M. Couillard a estimé qu'il y avait «plein de raisons d'être très optimiste», même si le Québec traverse, concède-t-il, une période difficile.

PHOTO NICOLAS TUCAT, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Bordeaux) Les compressions imposées aux Québécois et la rigueur budgétaire ne devraient pas être source de morosité, a estimé le premier ministre Philippe Couillard, jeudi, terminant un court passage à Bordeaux, en marge de sa mission économique et politique en France.

Déplorant un discours souvent pessimiste, voire morose, en France, mais aussi au Québec, M. Couillard a estimé qu'il y avait «plein de raisons d'être très optimiste», même si le Québec traverse, concède-t-il, une période difficile.

«On a un devoir absolument incontournable de gérer nos finances publiques de façon responsable, a-t-il réitéré. Les services publics ne se bâtiront pas sur l'endettement et les déficits successifs. Ils vont se bâtir sur une ambiance de finances publiques bien gérées, de dettes contrôlées, avec des politiques visant la croissance.»

L'atteinte de l'équilibre budgétaire, promise pour 2015 et pour laquelle le gouvernement sabre actuellement les dépenses, est selon lui «une très bonne nouvelle pour les Québécois d'aujourd'hui et de demain». Mais la rigueur imposée par son gouvernement ne disparaîtra pas, prévient-il. «Même lorsqu'on aura équilibré le budget, on va continuer à dépenser moins qu'on gagne, pour réduire la dette, mais également réduire les impôts des Québécois, a dit Philippe Couillard, en marge d'une rencontre avec l'ancien premier ministre et maire de Bordeaux, Alain Juppé. C'est notre objectif, et on va le réaliser.»

«Il faut développer un discours optimiste, un discours de réalité avec la population. On a tellement d'atouts immenses au Québec. Je ne veux pas entendre des discours de déclin, de morosité», a martelé le premier ministre.

En compagnie du président du Conseil régional de l'Aquitaine, Alain Rousset, en matinée, Philippe Couillard avait vanté les mérites des alliances entre universités québécoises et françaises, notamment pas des cotutelles de doctorat ou encore de la co-diplomation. 

«Ensemble, chacun accompli plus», a clamé le premier ministre, en marge d'une visite à l'Institut d'optique d'Aquitaine. 

Mais pas question pour les universités québécoises d'échapper aux compressions imposées à tout l'appareil étatique, a rétorqué M. Couillard. «Je crois qu'on a un système universitaire de très grande qualité. La France aussi. Mais là comme ailleurs, on ne bâtit pas la réalité sur l'illusion, a-t-il souligné. On ne bâtit pas la croissance et la permanence des services publics, incluant l'éducation supérieure, sur des finances publiques déréglées et un endettement hors de contrôle.»

Budget équilibré: Alain Juppé veut prendre exemple sur le Québec

L'ancien premier ministre français et possible candidat à la prochaine élection présidentielle, Alain Juppé, suivra avec attention la présentation du prochain budget du Québec, qui devrait avoir lieu au printemps. C'est qu'il a été visiblement impressionné d'entendre, de la bouche du premier ministre Philippe Couillard, qu'il rencontrait jeudi à Bordeaux, que le gouvernement du Québec présenterait un budget équilibré. «Ça m'a fait rêver», a lâché l'ancien premier ministre (1995 à 1997) et maire de la métropole du Sud-Ouest de la France. Le dernier budget équilibré, en France, remonte à 1974. Depuis, elle engrange des déficits, dépensant plus qu'elle ne produit.

«On voit bien que nous avons beaucoup de choses à apprendre de ce point de vue là», a ajouté Alain Juppé, s'étonnant encore davantage que le Québec prévoit, malgré un budget équilibré, un taux de croissance de 2%. 

«Je voudrais dire aux Français qu'on peut faire de l'équilibre budgétaire tout en ayant de la croissance économique, les deux ne s'opposent pas, a conclu M. Juppé. De ce point de vue là l'expérience québécoise nous intéresse beaucoup.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer