Daniel Breton hésite à appuyer son parti sur Anticosti

Daniel Breton... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Daniel Breton

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) C'est une entente qui vise à «réduire la dépendance au pétrole étranger» et enrichir les Québécois, mais le député péquiste Daniel Breton n'est pas certain de l'appuyer.

Cinq jours après l'annonce, l'ex-militant écologiste refuse de dire s'il est d'accord avec le projet.

«Je ne commenterai pas un dossier complexe comme celui du pétrole dans un scrum, je vais vous en parler bientôt», a-t-il dit, en indiquant que sa position serait trop complexe pour être expliquée dans un impromptu de presse, comme le font les autres députés.

Au lieu de donner plus de détails, il s'est posé en victime des médias. «Il y a une chose que je dois dire: que des gens appellent chez ma mère sur son téléphone cellulaire et chez elle pour avoir mes coordonnées... J'apprécierais que ça arrête», a-t-il lancé.

Quelques minutes plus tard, il entrait au caucus du Parti québécois, en sortant de l'édifice du conseil exécutif avec la première ministre elle-même, Pauline Marois. Il a de nouveau refusé de donner son appui à l'annonce majeure du gouvernement péquiste.

Jeudi dernier, à la suite de l'annonce, M. Breton indiquait que les informations disponibles ne lui permettaient pas de se réjouir immédiatement de l'annonce. «Beaucoup de monde des médias et de la société civile veut savoir ce que je pense de tout ceci. Plutôt que de répondre de façon précipitée, je vais me pencher sur les tenants et aboutissants et répondrai à tête reposée au début de la semaine. Le sujet est trop important pour réagir dans l'instant», écrivait-il sur sa page Facebook.

D'anciens frères d'armes militants de M. Breton ont vivement dénoncé le feu vert donné à l'exploration du pétrole de schiste sur l'île d'Anticosti.

Ce n'est pas la première fois que M. Breton hésite à appuyer des décisions importantes de son parti. L'année dernière, il avait été rabroué pour avoir dénoncé le plus grand parc éolien au pays.

Ex-ministre de l'Environnement, M. Breton avait été contraint en novembre 2012 de démissionner à cause de révélations sur son passé.

Lorsqu'il était militant, M. Breton s'était rendu au quartier général de la Sûreté du Québec pour déposer une plainte contre le gouvernement libéral, qu'il accusait d'avoir commis le «vol du siècle» sur le pétrole à Anticosti. Sa plainte s'appuyait sur une entente «secrète» qu'il n'avait pas lue. Elle a finalement été dévoilée l'année dernière par le gouvernement péquiste. La ministre des Ressources naturelles Martine Ouellet n'y voyait pas de fraude ou d'injustice criante. Elle jugeait plus prudemment que l'entente était «insuffisante».




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer