Parti conservateur: Kevin O'Leary se retire de la course

Kevin O'Leary a affirmé qu'il abandonne la course... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

Kevin O'Leary a affirmé qu'il abandonne la course parce qu'il ne pourra jamais remporter de sièges au Québec à cause de son unilinguisme.

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Coup de théâtre dans la course à la direction du Parti conservateur: l'homme d'affaires Kevin O'Leary, considéré comme l'un des deux meneurs de la course, se retire pour donner son appui à son principal adversaire, le député de Beauce Maxime Bernier.

Cette décision, qui sera confirmée cet après-midi à Toronto lors d'une conférence de presse de Maxime Bernier et de M. O'Leary, survient à quelques jours du début du vote des membres  pour désigner le successeur de Stephen Harper à la tête du Parti conservateur. L'identité du prochain chef sera connue le 27 mai à Toronto.

Dans une déclaration diffusée en début d'après-midi, mercredi, M. O'Leary a affirmé qu'il abandonne la course parce qu'il ne pourra jamais remporter de sièges au Québec à cause de son unilinguisme. 

«Maxime Bernier et moi sommes statistiquement en tête. Comme je ne viens pas de la scène politique, j'ai un très faible soutien au deuxième tour. Je suis extrêmement fort dans l'Ouest, mais je n'ai pas de soutien majeur au Québec», a-t-il affirmé.

«Les données du Québec sont un autre type d'enjeu et un gros problème pour moi. Il y a 78 sièges au Québec, et le Parti conservateur n'en détient actuellement que 12. En d'autres termes, les libéraux détiennent le Québec politiquement. Si nous n'agrandissons pas la base conservatrice au Québec, il sera extrêmement difficile de battre Trudeau en 2019», a-t-il ajouté.

«Voici donc ce que je vais faire: je me retire de la course à la direction et je donne mon plein soutien à Max. Je vais tout mettre en oeuvre pour assurer qu'il est élu, et je vais demander à mes partisans de faire de même. Ensemble, nous allons chasser Justin Trudeau du pouvoir en 2019, et nous allons travailler pour que la croissance économique soit de 3 pour cent», a-t-il encore dit.

Cette décision va indubitablement bouleverser une campagne qui dure depuis plus de 12 mois. L'entrée en scène de M. O'Leary en janvier, 24 heures après la tenue du seul débat en français de la course, avait soulevé l'ire de plusieurs de ses adversaires, qui l'avaient alors accusé de tourner le dos aux conservateurs du Québec.

Fort en gueule, M O'Leary, qui était l'ancienne vedette de l'émission Dragon's Den du réseau CBC, avait immédiatement été perçu comme l'un des meneurs de la course. Malgré le retrait de M. O'Leary, il reste encore 13 candidats dans cette course. Un dernier débat des candidats doit avoir lieu ce soir à Toronto.

«Le Canada a désespérément besoin d'un changement au gouvernement. Alors que Justin Trudeau jouit de son statut de célébrité et recherche la prochaine occasion de faire un selfie, il détruit la solide position financière dans laquelle le premier ministre Harper a laissé le Canada. Si Trudeau n'est pas battu aux prochaines élections, il laissera à la prochaine génération de Canadiens, les milliers de milléniaux dont je parle, une dette et un fardeau fiscal colossaux. Nous ne pouvons pas laisser cela se produire», a aussi dit M. O'Leary.

«Ce n'est pas une décision facile, mais après beaucoup de réflexion et de délibérations, c'est la bonne chose à faire pour le Parti conservateur et le pays. La campagne et la rencontre des conservateurs ont été une expérience unique, et je dois beaucoup à mon équipe et aux milliers de bénévoles et de membres qui me soutiennent. Ensemble, nous allons aller de l'avant pour changer l'orientation du Canada pour le mieux en 2019.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer