Exclusif

Péréquation: somme record pour Québec

Joe Oliver doit faire l'annonce des montants de... (PHOTO CHRIS GOODNEY, BLOOMBERG)

Agrandir

Joe Oliver doit faire l'annonce des montants de péréquation aujourd'hui, à Ottawa.

PHOTO CHRIS GOODNEY, BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Le Québec aura droit à une somme record de 9,5 milliards de dollars en paiement de péréquation de la part du gouvernement fédéral en 2015-2016, une hausse de 235 millions comparativement à l'exercice financier en cours.

Au cours de la dernière décennie, les paiements de péréquation versés au Québec auront donc doublé, passant de 4,79 milliards de dollars en 2005-2006 à 9,521 milliards l'an prochain, un signe indéniable que l'économie québécoise n'arrive pas à combler l'écart qui la sépare de celle des provinces les plus riches, comme l'Alberta, la Colombie-Britannique et la Saskatchewan, selon des chiffres du ministère fédéral des Finances obtenus par La Presse.

Le ministre des Finances, Joe Oliver, doit confirmer l'ampleur des montants de péréquation qui seront versés aux provinces les moins riches aujourd'hui, alors qu'il rencontre ses homologues provinciaux au centre-ville d'Ottawa. La réunion aura lieu à l'édifice flambant neuf du ministère des Finances, l'édifice James-Michael-Flaherty, nommé en l'honneur de l'ancien grand argentier du pays, mort soudainement en avril.

En tout, six provinces auront droit à des paiements de péréquation, un programme fédéral qui permet de redistribuer la richesse nationale entre les provinces les moins bien nanties afin de les aider à offrir des services publics de qualité comparable à ceux qui sont offerts par les provinces plus riches sans avoir à taxer leur population plus que la moyenne nationale.

Outre le Québec, les autres provinces sont l'Ontario, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, l'Île-du-Prince-Édouard et le Manitoba. En 2015-2016, Ottawa versera en tout 17,342 milliards de dollars à ces provinces. Le Québec obtiendra la moitié de cette somme. L'Ontario, qui a commencé à recevoir des paiements de péréquation pour la première fois de son histoire en 2009-2010, touchera 2,363 milliards au cours du prochain exercice financier. Les autres provinces moins riches se partageront le reste du pactole.

En tenant compte du transfert canadien en matière de programmes sociaux, du transfert canadien en matière de santé et de la péréquation, le Québec obtiendra 20,3 milliards en transferts d'Ottawa en 2015-2016, soit presque le même montant que l'Ontario (20,4 milliards), même si cette province compte 5,4 millions d'habitants de plus.

«Le gouvernement Harper est fier d'avoir réussi à augmenter les transferts vers le Québec à une somme record. Nous nous réjouissons aussi d'entretenir une solide relation de travail avec l'ensemble du gouvernement de Philippe Couillard», a indiqué à La Presse une source gouvernementale qui a requis l'anonymat.

Depuis l'élection des libéraux, en avril dernier, le premier ministre Stephen Harper a rencontré le premier ministre Couillard à au moins quatre reprises. À l'inverse, M. Harper n'a pas rencontré la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, depuis un an. Mme Wynne a fait plusieurs sorties au cours des dernières semaines pour dénoncer le refus de M. Harper de la rencontrer. Elle a notamment rendu publiques plusieurs lettres qu'elle lui a expédiées pour solliciter une rencontre, mais cette stratégie n'a pas porté ses fruits jusqu'ici.

La semaine dernière, M. Harper s'est rendu à Toronto afin de rencontrer le nouveau maire de la métropole, John Tory, élu en octobre, un geste qui risque d'accentuer les tensions entre Ottawa et Queen's Park.

Le ministre fédéral des Finances rencontre ses homologues des provinces chaque année en décembre afin de faire le point sur les dossiers importants de nature fédérale/provinciale et discuter des mesures qui pourraient favoriser la croissance de l'économie.

L'an dernier, plusieurs provinces, en particulier l'Ontario, avaient tenté de convaincre Ottawa de bonifier le Régime de pension du Canada, mais le gouvernement fédéral avait opposé une fin de non-recevoir catégorique à cette requête, faisant valoir que les employeurs et les employés ne pouvaient encaisser une hausse de leurs cotisations pour enrichir l'actuel programme en raison de la fragilité de la reprise économique.

PAIEMENTS DE PÉRÉQUATION AU QUÉBEC

  • 2005-2006 : 4,7 milliards
  • 2006-2007 : 5,5 milliards
  • 2007-2008 : 7,1 milliards
  • 2008-2009 : 8,0 milliards
  • 2009-2010 : 8,3 milliards
  • 2010-2011 : 8,5 milliards
  • 2011-2012 : 8,1 milliards
  • 2012-2013 : 7,7 milliards
  • 2013-2014 : 7,8 milliards
  • 2014-2015 : 9,2 milliards
  • 2015-2016 : 9,5 milliards

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer