Exclusif

Les jeunes libéraux du Québec défieront Justin Trudeau

La section Québec des jeunes libéraux du Canada... (PHOTO YAN DOUBLET, LE SOLEIL)

Agrandir

La section Québec des jeunes libéraux du Canada se réunit en congrès demain à Montréal et sa présidente, Marie-Pascale Des Rosiers, souhaite que les propositions débattues «brasse[nt] la cage» du parti.

PHOTO YAN DOUBLET, LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'aile québécoise des jeunes libéraux du Canada défiera Justin Trudeau sur certains enjeux lors du congrès de la section Québec demain à Montréal. Les jeunes proposeront entre autres une résolution en faveur d'un péage sur le pont Champlain et une autre s'opposant au projet d'oléoduc Énergie Est de TransCanada. Ces deux propositions vont à contre-courant de la vision du chef du Parti libéral du Canada.

Les quelque 200 jeunes libéraux voteront aussi sur la proposition de rendre le vote obligatoire et sur une autre pour réformer le mode de scrutin.

La présidente de l'aile québécoise, Marie-Pascale Des Rosiers, espère que les propositions débattues permettront de «brasser la cage» et «susciter le débat» au sein du parti fédéral.

«C'est ça le rôle des ailes jeunesse, on est là pour dire ce qu'on pense», a-t-elle affirmé à La Presse. «C'est sûr que les solutions que l'on propose sont assez controversées [...] mais les résolutions sont toutes des problèmes qui nous tiennent à coeur», ajoute la présidente.

Justin Trudeau prononcera un discours lors du congrès, tout comme l'ancienne candidate à la mairie de Montréal, Mélanie Joly, qui se présentera à un événement du PLC pour la deuxième fois cette année. L'ancienne ministre provinciale Yolande James participera elle aussi à l'événement en tant que panéliste.

Du péage partout

Les jeunes proposent d'implanter le principe «d'utilisateur-payeur» sur les infrastructures routières, en imposant un péage sur tout ce qui est de la compétence «totalement ou en partie» du gouvernement fédéral, y compris sur le prochain pont Champlain. Ils aimeraient en revanche qu'Ottawa réinvestisse la totalité des revenus du péage dans l'amélioration du transport en commun. En février dernier, Justin Trudeau s'était pourtant dit opposé au péage sur le pont Champlain, en justifiant que cette infra-structure est un moteur économique pour le pays.

«C'est une résolution qui n'est pas en ligne avec les idées de notre chef et on le sait. Mais les jeunes sentaient que c'était vraiment important de s'exprimer là-dessus», justifie Marie-Pascale Des Rosiers.

Faire payer ceux qui ne votent pas

L'aile jeunesse propose à ses membres de rendre le vote obligatoire pour tous les Canadiens. La résolution envisage même que ceux qui ne votent pas reçoivent une amende. «L'obligation de voter doit être vue comme un des devoirs à exercer au nom du maintien de notre système démocratique», peut-on lire dans le cahier des résolutions. Cette idée permettrait par contre à tout citoyen d'annuler son vote.

Contre le projet d'Oléoduc Énergie Est de TransCanada

En s'opposant au projet d'Oléoduc Énergie Est de TransCanada, les jeunes libéraux vont dans le sens inverse de ce que propose leur chef Justin Trudeau. Les jeunes du PLC-Québec croient qu'un prochain gouvernement libéral devrait s'opposer au transport par oléoduc du pétrole en provenance des sables bitumineux de l'Alberta vers le Québec. «Ce projet pourrait mettre en péril les communautés et l'environnement, étant donné que les risques liés aux fuites d'oléoduc sont importants et inquiétants», écrivent-ils. L'oléoduc Énergie Est, d'une longueur de 4600 kilomètres, transporterait plus de 1 million de barils de pétrole brut par jour, partant de l'Alberta vers des raffineries de l'est du pays.

Réformer le mode de scrutin

Les jeunes libéraux voudraient également qu'un nouveau mode de scrutin soit mis en place en imposant «une composante proportionnelle». Selon eux, le système actuel est en décalage avec le vote populaire et ne reflète pas la volonté de la majorité. L'aile jeunesse pense que les partis seraient appelés à «travailler davantage en coalition».

Plusieurs autres propositions concernant le rachat du pont de Québec, la recherche universitaire, la cyberintimidation et les droits de l'homme sont aussi inscrits au menu de ce congrès, qui se déroulera autant en français qu'en anglais. Chaque proposition sera soumise à un vote au suffrage universel des membres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer