Exclusif

Conseiller du PM et architecte du plan d'affaires du CUSM

Pierre Lortie... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Pierre Lortie

Photo archives La Presse

Un des inspirateurs du programme économique du premier ministre Philippe Couillard a été l'architecte de la proposition financière du stationnement du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) qui a permis à SNC-Lavalin de remporter le lucratif contrat.

Pierre Lortie est conseiller principal, affaires chez Dentons, un cabinet d'avocats formé notamment de l'ancien bureau Fraser Milner Casgrain. 

Comme on peut le lire dans ses notes biographiques publiées sur le site internet de Dentons, M. Lortie a été actif dans le processus en mode partenariat public-privé (PPP) du CUSM.

Lors de la course à la direction du Parti libéral du Québec (PLQ), en 2013, il a fait partie du groupe de proches conseillers de Philippe Couillard en matière d'économie et de développement. Il a participé à l'élaboration de la plate-forme économique, a confirmé le bureau du premier ministre.

En août dernier, il s'est investi une nouvelle fois auprès du PLQ. Il a travaillé au contenu économique à débattre lors du Forum des idées pour le Québec. M. Lortie a également recruté les conférenciers; lui-même a pris la parole. Une nouvelle édition de l'événement aura lieu l'automne prochain, dans une formule réduite. 

Le PLQ a aussi confirmé qu'encore une fois, Pierre Lortie «donne un coup de main» à titre de bénévole pour la tenue du forum.

Formule gagnante pour SNC-Lavalin

Le nom de Pierre Lortie est ressorti à plusieurs reprises à la commission Charbonneau depuis une semaine. 

À tour de rôle, des enquêteurs de la Commission et de la Sûreté du Québec ont expliqué l'importance du travail de M. Lortie pour trouver une solution respectant le plafond budgétaire de 1,3 milliard pour la construction du CUSM.

Selon Éric Desaulniers, enquêteur de la Commission, «la proposition, elle est réalisée par Pierre Lortie». Puis, mardi dernier, Jean-Frédérick Gagnon, de la SQ, a affirmé que M. Lortie a été embauché par le CUSM «pour faire ce qu'on appelle une stratégie d'ingénierie financière en sortant le financement du stationnement du projet général soumis par les deux soumissionnaires».

Le lendemain, c'était au tour du responsable du dossier du CUSM à l'Agence des partenariats public-privé (PPP), Gabriel Soudry, de mentionner que M. Lortie avait été l'architecte de la proposition concernant le financement du stationnement du superhôpital anglophone.

Montage financier

Concrètement, Pierre Lortie a conseillé d'extraire du montage financier du PPP le paiement du stationnement. Du coup, SNC-Lavalin a utilisé les économies de 25 millions que la manoeuvre permettait pour bonifier sa soumission. 

Ce faisant, SNC-Lavalin devançait son concurrent, le consortium espagnol mené par OHL. Le hic, c'est qu'à aucun moment OHL n'a été prévenu de ces changements.

La proposition de M. Lortie a contraint le gouvernement à verser une somme supplémentaire pour la construction du stationnement, à l'extérieur du cadre des PPP, ont révélé les enquêteurs de la commission Charbonneau.

Cette somme s'élèverait à 245 millions (266 millions avec les intérêts), a appris La Presse. Le nombre de places aurait été augmenté.

La Presse a tenté de joindre Pierre Lortie. Sa secrétaire a indiqué qu'il ne souhaitait pas se prononcer sur le dossier du CUSM. Au bureau du premier ministre, on a également refusé de commenter l'implication de M. Lortie à la fois au CUSM et au PLQ.

Un ami libéral

Pierre Lortie a une longue feuille de route professionnelle. Ingénieur de formation (il n'est plus inscrit à l'ordre professionnel depuis l'année dernière), il a dirigé la Bourse de Montréal. Il s'est retrouvé par la suite à la présidence de Provigo, puis chez Bombardier.

Dans la foulée du nouveau credo du gouvernement de Jean Charest en faveur des PPP, l'ancienne présidente du Conseil du trésor, Monique Jérôme-Forget, a fait appel aux services de M. Lortie, un ami personnel, qui a alors occupé le poste de conseiller auprès de deux instances gouvernementales.

Mme Jérôme-Forget vantait alors les compétences de Pierre Lortie. «Les gens sont renversés de voir son talent et son habileté à pousser les dossiers», avait-elle dit.

Devenu consultant au cabinet d'avocats Fraser Milner Casgrain, M. Lortie a travaillé de près au bureau du directeur exécutif responsable du dossier du CUSM, du CHUM et de son Centre de recherche. Il a également dirigé la préparation des plans d'affaires des centres hospitaliers universitaires pour l'Agence des PPP.

Congédié

Le vérificateur général du Québec a décrié les plans d'affaires qui ne permettaient pas de «conclure avec rigueur que ce mode [PPP] offre une réelle valeur ajoutée pour les fonds investis».

En 2009, le PDG de l'Agence des PPP, Normand Bergeron, a congédié Pierre Lortie qui empochait 12 000 $ par semaine (14 heures/jour, 5 jours/semaine). M. Bergeron a raconté cette semaine, devant la commission Charbonneau, que M. Lortie lui coûtait cher, compte tenu qu'il ignorait la justification de son contrat. 

«Vous savez pas comment ça se fait qu'il en est venu à avoir ce contrat-là?», lui a demandé le procureur de la Commission. «Absolument pas, il était là quand je suis arrivé», a indiqué M. Bergeron. L'expert en PPP du CUSM, St. Clair Armitage, a immédiatement recruté M. Lortie.

Un mandat d'arrestation a été émis récemment contre M. Armitage concernant la fraude présumée de 22,5 millions grâce à laquelle la firme SNC-Lavalin aurait été favorisée.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer