Un autre proche des Rizzuto tombe sous les balles

Giuseppe «Closure» Colapelle... (Photo: Archives)

Agrandir

Giuseppe «Closure» Colapelle

Photo: Archives

 

David Santerre
La Presse

Giuseppe «Closure» Colapelle, proche de la famille Rizzuto au temps où elle était toute puissante, a été tué par un projectile d'arme à feu hier en début de soirée.

L'homme de 38 ans a été atteint près du Beaches Pub, au 8974, boulevard Langelier, dans l'arrondissement de Saint-Léonard.  

Il fait ainsi partie de la longue liste de membres de la mafia à tomber sous les balles dans ce qui semble être une lutte de pouvoir à la suite de la déconfiture du clan Rizzuto.

Dans le vaste projet Colisée, qui a connu son dénouement en novembre 2006 et a vu presque tous les dirigeants montréalais être mis sous les verrous, son nom était ressorti à plusieurs reprises dans des documents de cour.

Il semblait travailler avec Giuseppe De Vito, qui a récemment été reconnu coupable de complot et gangstérisme.

Matamore

Comme son surnom «Closure» le laissait présager, Colapelle avait la réputation d'être un dur à cuire et un spécialiste en règlement de conflits. À l'automne 2004, il aurait sombré dans la disgrâce quand Francesco Arcadi, bras droit de Vito Rizzuto alors emprisonné, et ses acolytes, Francesco Del Balso et Lorenzo Giordano, l'avaient accusé d'être en partie responsable d'une perte de 800 000$ dans le cadre d'une transaction de marijuana ratée.

À un moment donné, alors que leurs conversations étaient enregistrées au quartier général des Rizzuto, le café Consenza, rue Jarry, Arcadi a dit au sujet de Colapelle qu'il «ne [voulait] pas le voir pour l'instant, car il [allait] le tuer», quoiqu'à son avis, disait-il, «une bonne raclée dont il se souviendrait le restant de sa vie serait de mise».

Arcadi avait même ordonné à De Vito de lui amener Colapelle un soir et avait prévu de s'armer d'une batte de baseball pour cette rencontre qui n'a jamais eu lieu.  

L'automne suivant, toutefois, Colapelle a été impliqué dans les tentatives d'Arcadi de négocier la libération d'un de ses proches, Nicola Varacalli, enlevé par des membres d'une famille mafieuse de Granby, les D'Amico, qui réclamait de l'argent aux Rizzuto.  

Il est alors devenu fort utile au clan et a même parlé à Varacalli lors de sa détention pour s'assurer de son état de santé. Il a même organisé des rencontres avec les ravisseurs pour négocier une entente de libération. Varacalli a finalemement été libéré en décembre, sans porter plainte à la police.

Colapelle a été arrêté dans la deuxième vague de l'opérationColisée, en novembre 2008.  

En novembre 2010, un reportage de Radio-Canada intitulé «Les voisins de Saint-Léonard», avait révélé qu'il résidait dans un immeuble de condos du boulevard Couture dont la construction avait été financée par la caisse des travailleurs d'un syndicat de la FTQ-Construction.

Dans cette tour, de nombreux condos avaient été achetés par des dirigeants de la FTQ-Construction comme Jocelyn Dupuis, ainsi que par l'entrepreneur Tony Accurso qui, d'ailleurs, poursuit la société d'État pour ce reportage.

De nombreux proches de la mafia avaient aussi acheté leur condo dans cet immeuble, dont Colapelle, mais aussi Antonio Pietrantonio, autre ex-lieutenant de la famille Rizzuto. Surnommé Tony Suzuki, car il a déjà possédé une concession de cette bannière, il a lui aussi été victime de tireurs en décembre sur la rue Jarry. Mais il a survécu à ses blessures.

- Avec Émilie Bilodeau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer