Colorado: le randonneur québécois secouru se dit chanceux mais «stupide»

Un radonneur au parc national des montagnes Rocheuses,... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Un radonneur au parc national des montagnes Rocheuses, au Colorado.

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Associated Press
PARC NATIONAL ROCKY MOUNTAIN

Le jeune Québécois secouru mercredi soir après avoir passé une nuit à 3900 mètres d'altitude sur une corniche de la plus haute montagne du Parc national des Rocheuses, au Colorado, admet qu'il a été chanceux mais «stupide».

Samuel Frappier a passé la nuit de mercredi sur une corniche, vêtu seulement d'un T-shirt, d'un survêtement de jogging et chaussé d'espadrilles. Il faisait à peine au-dessus de zéro degrés Celsius.

«J'entends d'ici les gens qui me traitent de stupide - et ils ont raison», a-t-il indiqué en souriant, jeudi, à une station de télévision locale, KMGH-TV. «C'est stupide, et je ne le referai jamais plus.»

Le jeune Québécois est bien conscient de sa chance d'être sorti indemne de cette aventure qui a mobilisé une trentaine de secouristes, bravant la neige et la chute de roches. Ils ont finalement pu rejoindre le jeune homme par hélicoptère lorsque la pénombre a ralenti la fonte des neiges.

Mardi en journée, Samuel Frappier et un ami effectuaient une randonnée sur la façade est du pic Longs. Les deux hommes se sont séparés et Frappier s'est retrouvé coincé là où il n'y a pas de sentiers de descente. Il a pu appeler du secours par cellulaire, et des garde-forestiers ont déclenché une opération d'envergure.

Cette montagne, visible de Denver, est un site d'escalade populaire auprès des amateurs. Durant l'été, elle peut être escaladée sans équipement spécial ni grande expérience, mais l'hiver, c'est une autre histoire, indiquent les responsables du parc national. Or, le printemps tardif sur la montagne exigeait encore cette semaine équipement et expérience.

Cinquante-huit personnes ont perdu la vie sur le pic Longs depuis 1968, soit un peu plus d'une personne par année, en moyenne. Plusieurs publications spécialisées en alpinisme considèrent qu'il s'agit de l'une des dix montagnes les plus dangereuses de la planète.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer