L'homme qui avait décapité un passager dans un autocar a été libéré

Will Baker, diagnostiqué schizophrène, avait tué un jeune travailleur... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Will Baker, diagnostiqué schizophrène, avait tué un jeune travailleur forain en 2008.

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Winnipeg

Un homme qui avait été jugé non criminellement responsable d'avoir décapité son voisin de siège dans un autocar Greyhound a obtenu sa liberté.

Will Baker, un schizophrène diagnostiqué, avait tué le jeune travailleur forain Tim McLean en 2008.

La mère de la victime, Carol de Delley, s'opposait publiquement à ce que Will Baker, autrefois connu sous le nom de Vince Li, recouvre sa liberté. Elle s'inquiétait quant à l'éventualité qu'il cesse de prendre ses médicaments.

Elle a refusé de réagir à l'annonce de vendredi, écrivant sur Facebook qu'elle n'a «pas de mots».

Will Baker avait été déclaré non criminellement responsable en 2009, puis envoyé dans un établissement psychiatrique. Il était initialement gardé dans une pièce verrouillée, mais avait obtenu un peu plus de liberté chaque année depuis ce temps.

Il vit seul dans un appartement de Winnipeg depuis le mois de novembre, mais il faisait toujours l'objet de surveillance afin d'assurer qu'il prenne ses médicaments.

Devant la Commission, son médecin s'était dit certain qu'il poursuivrait son traitement même s'il retrouvait sa liberté. Le docteur Jeffrey Waldman a soutenu que son patient était conscient que les médicaments tiennent la maladie à distance.

La Commission a rendu sa décision à l'écrit, tranchant qu'il n'a pas été démontré que M. Baker posait une menace importante à la sécurité du public.

Selon le docteur Waldman, Will Baker compte visiter son pays d'origine, la Chine, mais s'établirait à Winnipeg pour encore deux ou trois ans. Il se trouve sur la liste d'attente d'un programme de formation postsecondaire et espère entamer une carrière.

Will Baker s'était assis dans le siège voisin de Tim McLean, après que le jeune homme de 22 ans lui eut souri et demandé comment il se portait.

Il dit avoir entendu Dieu le sommer de le tuer ou de «mourir immédiatement». Il l'a donc poignardé à plusieurs reprises, continuant de mutiler son corps tandis que les autres passagers prenaient la fuite.

En 1999, la Cour suprême avait statué qu'une Commission d'examen se doit d'accorder l'absolution inconditionnelle aux personnes qui ne posent pas de menace importante à la sécurité du public.

L'arrêt précise que pour le maintien de conditions à l'endroit d'une personne trouvée non criminellement responsable, une Commission doit être confrontée à des preuves évidentes qu'elle présente un risque.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer