Un policier du SPVM risque la destitution pour un iPhone

Amir El Alfy, un policier du SPVM depuis... (Photo Alain Roberge, La Presse)

Agrandir

Amir El Alfy, un policier du SPVM depuis dix ans, a plaidé coupable à des accusations de vol et importation de 250 comprimés de Viagra et Cialis.

Photo Alain Roberge, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ignorant qu'il était sous écoute électronique, Amir El Alfy, un policier du SPVM, s'est targué d'avoir trouvé un iPhone de 800 $ par terre, lors d'une échauffourée avec des étudiants manifestants, le 19 mars 2012. Il cherchait maintenant à revendre l'appareil.

Ce qu'il avait pris pour un coup de chance lui a plutôt apporté la guigne. M. El Alfy a été accusé de vol et a été suspendu sans solde de son emploi. 

Lundi, trois ans après les faits, l'homme de 35 ans a plaidé coupable à des accusations de vol et importation de 250 comprimés de Viagra et Cialis. Le procureur du ministère public, Sylvain Petitclerc, propose d'imposer des amendes d'environ 2000 $ à M. El Alfy, tandis que l'avocat de la défense, Me Dylan Jones, suggère une absolution inconditionnelle et un don équivalent au montant des amendes suggéré par la Couronne. El Alfy risque de perdre son emploi au SPVM, ont convenu les deux parties.

Un voyage dans le sud

Lundi, le procureur de la Couronne a fait entendre les conversations que El Alfy a tenues en 2012. M. El Alfy était sous enquête parce qu'en janvier 2012, il s'était trouvé dans un bar au Mexique, où un policier avait été battu. Ce policier avait pris des photos de policiers qui étaient en compagnie de gens du crime organisé. M. El Alfy était considéré comme un possible suspect. Il n'a jamais été accusé pour cette affaire cependant.

Dans ces conversations, El Alfy racontait notamment à son amie de coeur qu'il avait été appelé à intervenir lors d'une manifestation étudiante sur la rue McGill College, où le premier ministre Jean Charest se trouvait avec ses gardes du corps. Il y avait eu échauffourée avec les manifestants qui essayaient de pénétrer dans l'immeuble. Dans la cohue, le policier El Alfy avait vu un iPhone par terre et l'avait ramassé. Il ne l'a pas apporté au poste de police, comme il aurait dû le faire. 

«Ça me paie la moitié d'un voyage dans le sud, juste le téléphone», a-t-il dit à sa petite amie, qui le trouvait bien chanceux. «Je vais l'updater, effacer les données, puis j'ai un téléphone de 800 $», ajoutait-il. Il racontait que ça appartenait sans doute à un manifestant, un «fucker» qui avait peut-être voulu les filmer. Il a aussi signalé qu'ils avaient «vargé» sur les manifestants qui essayaient de pénétrer dans l'immeuble. 

L'écoute a aussi démontré que M. El Alfy a tenté de vendre le téléphone.

M. El Alfy a aussi plaidé coupable pour avoir importé illégalement 250 comprimés de Cialis et Viagra en provenance du Royaume-Uni. Les capsules étaient apparemment pour sa consommation personnelle. Comme M. El Alfy fait beaucoup de musculation, cela «peut amener des conséquences physiques pour lesquelles il a voulu pallier», a résumé Me Petitclerc.

M. El Alfy était policier depuis dix ans au SPVM. Il s'est trouvé un autre emploi dans la vente de voitures. Le juge Denis Mondor rendra sa décision en juillet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer