Complot contre VIA Rail: un suspect disait être sous surveillance

Chiheb Esseghaier et Raed Jaser (photo) font tous... (Photo John Mantha, La Presse Canadienne)

Agrandir

Chiheb Esseghaier et Raed Jaser (photo) font tous deux face à de multiples accusations liées au terrorisme dans le complot présumé contre VIA Rail, qui devait cibler un train entre New York et Toronto.

Photo John Mantha, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
TORONTO

Un agent d'infiltration du FBI a indiqué mercredi au procès de deux hommes accusés de complot contre un train voyageant entre les États-Unis et le Canada que l'un des deux accusés l'avait averti lors de leur première rencontre qu'ils étaient sous surveillance.

Chiheb Esseghaier et Raed Jaser font tous deux face à de multiples accusations liées au terrorisme dans le complot présumé contre VIA Rail, qui devait cibler un train entre New York et Toronto.

L'agent d'infiltration - qui témoigne à leur procès - a gagné la confiance d'Esseghaier avant de se rendre quelques mois plus tard avec lui à Toronto pour être présenté à Jaser.

L'agent a affirmé que, lors de leur première rencontre, Jaser a dit à Esseghaier et à lui-même qu'ils étaient surveillés et que le gouvernement savait qui ils étaient et où ils se trouvaient à tout moment.

Il a aussi dit que Jaser lui avait exprimé que l'«islam n'était pas rationnel» et qu'ils «pouvaient être perçus comme trop extrêmes, radicaux, et qu'en fait ils l'étaient».

Des plaidoyers de non-culpabilité ont été livrés pour Jaser et Esseghaier.

Ils ont été arrêtés en avril 2013.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer