La vitrine et la terrasse d'un restaurant de Montréal vandalisés

Hier, vers 21h30, la terrasse et la vitrine... (Photo fournie par le restaurant)

Agrandir

Hier, vers 21h30, la terrasse et la vitrine du Speakeasy ont été vandalisées à coup de peinture.

Photo fournie par le restaurant

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La vitrine et la terrasse du restaurant Le Speakeasy, situé sur la rue McGill, ont été vandalisés lundi soir. D'après la description des témoins, les propriétaires de l'établissement soupçonnent le coupable d'être également l'auteur d'une tentative de fraude dont ils ont été victimes la semaine dernière.

Un homme s'est présenté à l'établissement du Vieux Port, mercredi dernier, cherchant à faire passer un faux billet américain de 100 dollars. « On l'avait déjà vu avant, on a refusé de prendre son billet et on a appelé la police », raconte Nicolas Delrieu, copropriétaire de l'établissement.

Le présumé fraudeur a alors feint d'attendre l'arrivée des policiers, mais s'est ensuite précipitamment enfui. « On lui a couru après, tout en disant à la police au téléphone où il se situait, mais ils nous ont dit de le laisser partir. » 

L'inspecteur au poste de quartier 21, Mohamed Bouhdid, précise qu'une description de l'homme avait été diffusée auprès des patrouilleurs, qui ont sillonné les rues alentour ce jour-là pour tenter de l'appréhender, sans succès.

Deux méfaits en une semaine

Hier, vers 21h30, la terrasse et la vitrine du Speakeasy ont été vandalisées à coup de peinture. Les propriétaires sont convaincus qu'il s'agirait d'un acte du présumé fraudeur voulant « se venger ». « Le voisin en face nous a appelé pour nous prévenir et nous a décrit la personne. C'était lui, affirme M. Delrieu. Il est toujours habillé pareil. »

L'associé de Nicolas Delrieu, Cédric St-Onge est allé porter plainte ce matin, mais les deux hommes déplorent le fait que les autorités n'aient pas agi à la suite du premier appel, ce qui aurait pu éviter ce qu'ils qualifient de « règlement de compte ». « Il était là, ils auraient pu venir, dit M. Delrieu. Si ça avait été réglé directement, on n'aurait pas eu ce problème hier. »

L'inspecteur Bouhdid avance qu'une enquête est en cours. Les policiers tenteront d'identifier le suspect et d'établir si les deux évènements sont effectivement liés.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer