Meurtre à Hinchinbrooke: le mystère plane

Un périmètre de sécurité de la Sûreté du... (Photo Charles Laberge, collaboration spéciale)

Agrandir

Un périmètre de sécurité de la Sûreté du Québec entourait le corps démembré de la jeune femme morte le 9 juillet, à Hinchinbrooke.

Photo Charles Laberge, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Qui a tué Samantha Higgins ? Plus de 48 heures après la découverte du corps démembré de la jeune femme à Hinchinbrooke, en Montérégie, les policiers demeurent très discrets sur l'évolution de l'enquête.

Le mystère demeure donc entier sur l'identité de l'auteur ou des auteurs du crime. Ainsi, la Sûreté du Québec, chargée de l'enquête, refuse de confirmer si un suspect ou des suspects ont été identifiés.

Vanessa Higgins, la mère de la victime, n'a pas parlé aux enquêteurs, samedi, et elle ignorait si des percées avaient été réalisées.

La journée de samedi a été éprouvante pour toute la famille. « Je ne sais pas si je tiens le coup. Je ne me sens pas vivante », a dit Vanessa Higgins, mère de la victime.

Dans son désarroi, Mme Higgins essaie de demeurer forte pour les deux enfants de sa fille. Elle a d'ailleurs demandé de l'aide aux citoyens de LaSalle, les priant de retirer tous les avis de recherche de Samantha qui avaient été affichés depuis la disparition de cette dernière dans la nuit du 6 au 7 juillet.

« Sa fille de 4 ans n'a pas besoin de voir le visage de sa mère partout », a-t-elle soupiré. En plus de son poupon de 3 mois, Samantha avait aussi une petite fille qui connaîtra un bien triste quatrième anniversaire, mercredi prochain.

La tante de la victime, Laurie McKernan, a lancé une campagne pour récolter des fonds destinés aux enfants de la victime sur le site Gofundme. Samedi soir, 1715 $ avaient été amassés.

Une disparition énigmatique

Vanessa Higgins ne connaît aucun ennemi à sa fille. Samantha s'occupait de ses enfants et s'était tout récemment fiancée à l'homme qui partageait sa vie depuis sept ans.

Le soir du 6 juillet, Samantha Higgins a passé la soirée chez une amie qui habitait à 10 minutes de chez elle dans l'arrondissement de LaSalle, à Montréal. Vers 1 h 10, elle a appelé son fiancé pour lui dire qu'elle rentrerait bientôt, selon le réseau CBC. Elle est partie quelques instants plus tard. C'est la dernière fois qu'on l'a aperçue vivante.

Selon le réseau CTV, Samantha aurait envoyé un message texte à des amis pour dire qu'elle était bien rentrée. La famille croit toutefois qu'une autre personne aurait utilisé le téléphone de Samantha pour envoyer ce message.

Trois jours après la disparition de la jeune femme, son corps a été retrouvé, jeudi, à 60 kilomètres de chez elle, près de la frontière canado-américaine. Le cadavre mutilé avait été placé dans un sac sous un pont. C'est un employé d'une ferme laitière qui l'a découvert.

Plusieurs personnes s'étaient mobilisées pour tenter de retrouver la trace de la jeune femme. Une battue avait d'ailleurs été organisée dans le parc Angrignon et les environs du boulevard Newman, à LaSalle. Vendredi, une veillée aux chandelles s'est tenue dans l'arrondissement tout près du boulevard Newman où la jeune femme avait disparu.

Le sergent Claude Denis, porte-parole de la Sûreté du Québec, n'était pas en mesure de confirmer si les recherches s'étaient poursuivies à Hinchinbrooke, samedi, afin de retrouver des indices là où le corps avait été retrouvé. « Tout ce qu'on peut dire, c'est que l'enquête se poursuit », a-t-il dit.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer