Dix ans de prison pour le meurtre d'un homme de 19 ans

Abiram Subramaniam... (Photo fournie par le SPVM.)

Agrandir

Abiram Subramaniam

Photo fournie par le SPVM.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Condamné à la prison à vie pour meurtre non prémédité, Abiram Subramaniam devra purger dix ans de sa peine avant de devenir admissible à une libération conditionnelle, a tranché le juge Marc-André Blanchard, lundi, à Montréal.

Subramaniam avait été déclaré coupable en janvier dernier, par un jury, au terme de son procès pour meurtre et vol.  

Subramaniam avait 19 ans quand il a poignardé à mort, Joshua Williams, qui avait le même âge. Ce meurtre gratuit est survenu le 22 mars 2011, dans le stationnement de la Plaza Côte-des-Neiges. Les deux jeunes, qui se voyaient pour la première fois, ainsi que Clinton Sathiyaseelan (meilleur ami de William), s'étaient retrouvés à cet endroit pour boire une bière et fumer.

À un certain moment, Subramaniam a volé la bague Versace de Sathiyaseelan, et exhibé un couteau en demandant le reste des bijoux. Prenant la défense de son ami, Williams a asséné un coup de poing à Subramaniam, qui a répliqué en le poignardant six fois. Subramaniam a pris la poudre d'escampette. Il n'a été arrêté qu'en août 2012, après avoir confessé son crime dans le cadre d'une opération Mister Big. Il ignorait que les membres du gang criminel qui l'avaient recruté étaient en fait des policiers qui cherchaient à lui faire avouer son crime.

En rendant sa décision, le juge a signalé que le meurtre gratuit d'un jeune homme non armé était méprisable. À l'époque, Subramaniam évoluait déjà dans le milieu criminel, et a été qualifié par les policiers de «débrouillard dans la rue» («street smart») Le juge a toutefois tenu compte du jeune âge de Subramaniam au moment du drame, et du fait qu'il n'avait pas d'antécédent à ce moment. Il y a toujours une possibilité de réhabilitation.

La victime était l'enfant unique de Janine James. Malgré son immense chagrin, la femme n'était pas amère en sortant de la salle d'audience, et s'est dit satisfaite qu'il y ait eu un procès. Car au début, pendant plus d'un an, il n'y avait personne d'accusé pour le meurtre de son enfant.

En ce qui concerne Subramaniam, il n'a pas témoigné à son procès, et il en appelle du verdict de culpabilité rendu par le jury.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer