Fraudes par compassion: un stratagème encore efficace

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Gatineau

Le stratagème de fraudes par compassion demeure encore très efficace de nos jours, et ce, malgré les avertissements des policiers et de nombreux reportages dans les médias.

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) compilait à la fin du mois de juin une dizaine de plaintes pour fraudes par compassion totalisant des pertes de 50 000 $.

La fraude des grands-parents ou la fraude par compassion se fait par des criminels qui utilisent différents moyens pour soutirer de l'argent à des gens vulnérables. Un exemple fréquent de stratagème utilisé par les fraudeurs est celui d'un homme, qui se fait passer pour un petit-fils. Il utilise alors des termes comme «grand-maman» et «grand-papa» qui vont attirer l'attention et la compassion de la personne âgée.

L'individu indique alors différentes raisons; parfois c'est qu'il a été impliqué dans un accident de voiture, d'autres fois c'est au sujet du remboursement de frais d'avocat ou bien qu'il a besoin d'argent pour payer sa caution pour sortir de prison.

Divers moyens permettent aux fraudeurs d'avoir accès à l'argent: un virement bancaire, un service de transfert, un versement par chèque ou en argent comptant dans un compte bancaire.

L'arnaqueur va être en mesure d'établir un lien de confiance et met suffisamment de pression pour que la victime agisse rapidement sans en parler aux autres membres de la famille. Il va même ajouter qu'il ne faut pas donner la raison du transfert à l'employé de la banque. Les employés sont bien sûr aux aguets dans ce genre de situation. Ils connaissent les méthodes utilisées par les fraudeurs et les habitudes de la clientèle plus âgée, habituée à y faire des retraits. Ils vont donc poser davantage de questions sur les transactions effectuées pour éviter ce type de fraude.

«C'est à coup de milliers de dollars que les personnes se font frauder», a expliqué le sergent Jean-Paul Le May du Service de police de la Ville de Gatineau.

Pour éviter ce genre de fraudes par compassion, le SPVG demande à la population de discuter des techniques de fraudes et des conseils à mettre en place.

«N'ayez pas peur de poser des questions. À quel endroit l'accident est arrivé? Est-ce que d'autres membres de la famille sont au courant?», précise M. Le May.

Avant de transférer les sous, il est primordial de vérifier les faits.

Il faut prendre le temps d'appeler un proche de ce «petit-fils» en question et même joindre le service de police de votre région pour valider certaines informations.

Malheureusement, dans bien des cas, lorsque les victimes réalisent qu'elles ont été flouées, elles ne vont pas signaler la fraude aux policiers par honte.

«L'amour peut être inconditionnel, mais pas l'argent», a conclu le sergent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer