Une cellule majeure du crime organisé démantelée par la GRC

Voilà des lunes que le milieu l'attendait. Dans les coulisses du palais de... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Voilà des lunes que le milieu l'attendait. Dans les coulisses du palais de justice de Montréal, des avocats parlaient même d'une « frappe imminente » pas plus tard que la semaine dernière. Quand aurait lieu la prochaine phase tant attendue de l'importante enquête Clemenza de la Gendarmerie royale du Canada ?

La réponse est venue hier. Au petit matin, les enquêteurs de l'Unité mixte d'enquête sur le crime organisé (UMECO) ont frappé à des portes de résidences, surtout dans la région de Montréal, et ont avisé quatre suspects déjà détenus depuis la première phase de juin dernier que de nouvelles accusations seraient portées contre eux.

Au total, 15 personnes, dont les têtes dirigeantes présumées, les frères Patrizio et Pasquale Silvano, âgés respectivement de 50 et 53 ans, ont été arrêtées. Deux suspects, Mathieu Bouchard et Mike Di Battista, étaient toujours recherchés au moment d'écrire ces lignes.

Les individus appréhendés ont comparu au palais de justice de Montréal par vidéoconférence. Ils font face à une kyrielle d'accusations : gangstérisme, complot, importation, possession et trafic de cocaïne, ainsi que trafic de résine de cannabis.

Les actes reprochés remontent à 2011. Les suspects sont accusés d'avoir comploté avec des dizaines d'individus non identifiés aux surnoms aussi colorés que Beluga, Cowboy, Spider, Free Tibet, Fish, Dog, Eskimos, Frenchi et Lobster, entre autres, apparaissant vraisemblablement sur des centaines de messages textes échangés par les suspects et interceptés par les enquêteurs.

Un clan ambitieux

Selon la police, la cellule des frères Silvano aurait tenté de prendre le contrôle de la distribution de cocaïne dans les Maritimes et dans une partie de la région de Montréal et de l'Ontario. Elle aurait travaillé main dans la main avec deux autres cellules démantelées lors de la frappe de juin 2014, celles des frères Bastone et du défunt lieutenant de la mafia Giuseppe De Vito, allant jusqu'à s'échanger des hommes de main. Selon nos sources, les frères Bastone sont très proches de Vittorio Mirarchi, ancien protégé du caïd Raynald Desjardins accusé avec son ex-mentor du meurtre de l'aspirant-parrain Salvatore Montagna.

D'ailleurs, parmi les individus arrêtés hier, on retrouve Steven Fracas, un autre des coaccusés de Mirarchi et Desjardins.

D'après nos sources, la cellule des frères Silvano aurait pris la relève de la famille D'Amico dans le secteur de Granby, aurait contrôlé des territoires dans les secteurs de Lachine et à Ottawa et aurait écoulé ses stupéfiants dans les bars et cafés italiens. Son quartier général était un café de la rue Jarry, dans le nord de Montréal.

Un procédé ingénieux

L'un des chefs d'accusation concerne une importation de cocaïne en provenance de Bogota, en Colombie. Il s'agit en fait d'une spectaculaire importation de 10 kilos de cocaïne mêlée à de la poudre d'asphalte dont la saisie à l'aéroport Montréal-Trudeau a été annoncée par communiqué par les agents des services frontaliers, le 26 octobre 2011. Au vu des événements survenus hier, il est permis de croire que les douaniers avaient reçu de l'information de leurs collègues fédéraux de la GRC.

Le procédé pour amalgamer la cocaïne et l'asphalte aurait été mis au point par l'un des accusés, Sébastien Flocari, véritable chimiste amateur, et avait pour but de déjouer les chiens renifleurs et de mystifier les douaniers tant colombiens que canadiens.

La cocaïne, évaluée à 1,2 million, avait été dissimulée dans 10 sacs de poudre d'asphalte. Elle était destinée à une entreprise de remorques réfrigérées, d'entreposage en tous genres et « d'importation et de distribution de matières premières » de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Même si elle en est à sa troisième série d'arrestations, l'enquête Clemenza se poursuit.

L'enquête Clemenza

Lors d'une enquête sur des importateurs de drogue baptisée Cynique, en 2010, les enquêteurs de la GRC interceptent des conversations entre l'un des suspects, Piero Arena, et l'un des frères Silvano. L'enquête Cynique permet également aux enquêteurs de cibler un autre individu, Giuseppe Collapelle, qui communique avec Vittorio Mirarchi et Raynald Desjardins. La GRC déclenche l'enquête Clemenza, ayant pour cibles plusieurs cellules de la mafia qui profitent de l'affaiblissement du clan Rizzuto pour prendre de l'ampleur. Raynald Desjardins et son protégé Vittorio Mirarchi sont déjà dans le collimateur de la GRC lorsque l'aspirant-parrain Salvatore Montagna est tué le 24 novembre 2011 à Charlemagne. La preuve amassée par la GRC est partagée avec la SQ. Desjardins et ses présumés complices sont arrêtés un mois plus tard, dans ce qui constitue une première phase de l'enquête Clemenza, mais qui est rebaptisée Inertie. Cette retentissante affaire entraîne toutefois des retards dans la suite de l'enquête Clemenza.

14 juin 2014

La GRC frappe les cellules de Giuseppe De Vito, des frères Bastone, et quelques collaborateurs des clans Desjardins et Mirarchi. C'est la première phase officielle de Clemenza.

4 février 2015

La GRC passe à la phase 2 et n'écarte pas une autre frappe.

Les personnes arrêtées

  • Giuseppe Arcoraci, 49 ans, Lasalle
  • Davide Barberio, 35 ans, Rivière-des-Prairies
  • Antonio Bastone, 52 ans, Saint-Jean-de-Matha
  • Roberto Bastone, 42 ans, Laval
  • Jocelyne Daoust, 58 ans, Blainville
  • Alain Duhamel, 58 ans, Blainville
  • Sébastien Flocari, 37 ans, Longueuil
  • Steven Fracas, 30 ans, incarcéré
  • Mona Hrtschan, 50 ans, adresse inconnue
  • Artur Klodkowski, 38 ans, incarcéré
  • Stéphan Parent, 47 ans, incarcéré
  • Pasquale Silvano, 53 ans, Laval-des-Rapides
  • Patrizio Silvano, 50 ans, Laval-des-Rapides
  • Luigi Simeone, 44 ans, Montréal
  • Jenica Teleu, 56 ans, Laval-des-Rapides

Mathieu Bouchard... - image 3.0

Agrandir

Mathieu Bouchard

Mike Di Battista... - image 3.1

Agrandir

Mike Di Battista

Suspects toujours recherchés

  • Mathieu Bouchard, 37 ans, adresse inconnue
  • Mike Di Battista, 39 ans, adresse inconnue

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer