Une adolescente de Lev Tahor aurait été vendue

C'est du moins ce que la Sûreté du... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

C'est du moins ce que la Sûreté du Québec allègue dans les mandats de perquisition lui ayant permis de fouiller les anciennes demeures des fidèles ultra-orthodoxes, quelques jours après leur fuite furtive de Sainte-Agathe-des-Monts, il y aura bientôt 11 mois.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

L'une des adolescentes mariées illégalement par les dirigeants de la secte juive Lev Tahor aurait d'abord été « achetée ».

C'est du moins ce que la Sûreté du Québec allègue dans les mandats de perquisition lui ayant permis de fouiller les anciennes demeures des fidèles ultra-orthodoxes, quelques jours après leur fuite furtive de Sainte-Agathe-des-Monts, il y aura bientôt 11 mois. Cette nouvelle allégation et plusieurs autres viennent d'être rendues publiques grâce à La Presse et à d'autres médias, qui se sont ligués pour faire lever une ordonnance de non-publication.

L'un des deux mandats obtenus jeudi indique qu'une jeune fille -  devenue mère après avoir été mariée à l'âge de 14 ans - « aurait été achetée » par un groupe ou une personne, dont le nom a été caviardé. 

Les documents révèlent aussi qu'aux yeux de la SQ, le groupe aurait commis non pas deux, mais quatre crimes, parmi lesquels « enlèvement d'enfant de moins de 14 ans » et « administration d'une substance délétère ». Il y a deux semaines, on apprenait que Lev Tahor était déjà soupçonné de traite de personnes et de fabrication de faux documents.

Puisque le groupe a fui en Ontario, puis au Guatemala, aucune accusation n'a été déposée et aucun procès n'a eu lieu - ces allégations n'ont donc pas été débattues en cour. Le Directeur des poursuites criminelles et pénales étudie le dossier.

Avant la première fuite, les autorités québécoises voulaient effectuer « une reconnaissance des lieux qui pourraient éventuellement faire l'objet de surveillance par caméra vidéo », indiquent les mandats. Elles espéraient aussi « valider visuellement des pots de médicaments et des ordonnances », en plus de trouver « tout autre renseignement pouvant démontrer le contrôle psychologique, physique et même financier ».

Selon les mandats, Mayer Rosner, bras droit du rabbin Schlomo Helbrans, aurait notamment « retenu toutes [les] sources de revenus » d'un fidèle, « prétextant qu'il était incapable de s'occuper de ses finances personnelles ».

D'autres témoins ont dit aux enquêteurs que les enfants étaient forcés  de « prendre des mixtes d'eau avec de la poudre verte » ou avoir eux-mêmes été forcés « de prendre des pilules durant les repas ou les heures de repas donc trois fois par jour ».

L'un d'eux affirme aussi « avoir été battu avec des bâtons, des pieds de biche, des fouets, des ceintures et des mains ».

Suite à sa perquisition de novembre 2013, rue des Bouleaux, la SQ a trouvé un document de 28 pages intitulé « Lev Tahor objectionable activities », quatre chèques totalisant près de 90 000$, des documents bancaires, une lettre d'avocat, deux ordinateurs, et un disque dur.

Elle a aussi saisi des documents « pouvant être frauduleux » ainsi qu'une estampe rouge et beige disant « reconnu véritable et signé Ne Varietur » (une locution latine apposée sur des documents judiciaires et signifiant « sans possibilité de changement »). 

Rue Marinier, une autre demeure recelait des certificats de mariage, de naissance et autres, des documents de Revenu Québec et de Revenu Canada, une missive intitulée « Dear Lawyer » ainsi que des lettres de plusieurs pages destinées à la protection de la jeunesse. 

Depuis leur départ en catastrophe de novembre 2013, les fidèles de Lev Tahor sont en fuite perpétuelle. D'après leurs proches israéliens, qui les jugent endoctrinés, ils s'entassent maintenant à 200 dans 10 bureaux dépourvus de douches et cuisinent dans le stationnement d'un immeuble de la ville de Guatemala.

La semaine dernière, deux adolescentes ont réussi à fuir leur famille d'accueil torontoise et à franchir la frontière pour rejoindre leur père aux États-Unis, probablement afin de rejoindre le reste du groupe avec lui. Les autorités ontariennes ont refusé de s'expliquer à ce sujet. Elles avaient été placées six mois plus tôt après avoir été interceptées à Trinité-et-Tobago, avec leurs parents, puis rapatriées en Ontario. 

Au Québec, cinq enfants de Lev Tahor avaient été placés d'urgence dans une famille hassidique d'Outremont, trois mois avant la fuite nocturne de leur groupe vers l'Ontario. Les cinq frères et soeurs ont pu l'être, parce que leur père n'arrivait plus à les voir depuis qu'il avait quitté le groupe. Il est trop mal en point pour les reprendre, tandis que la mère des enfants les a récemment abandonnés pour se rendre au Guatemala.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer