Exclusif

Évasion à Orsainville: le complot était connu depuis des mois

Au début du mois d'avril, la cote de... (Photo: PC)

Agrandir

Au début du mois d'avril, la cote de sécurité des trois fugitifs a été abaissée au niveau S3, le même que pour tout détenu sans histoire, ce qui leur a permis de sortir ensemble dans la cour de la prison sans être menottés et enchaînés aux pieds.

Photo: PC

Daniel Renaud, La Presse - Annie Mathieu, Le Soleil

Les autorités avaient depuis l'hiver des informations selon lesquelles le trio qui a fui la prison de Québec de façon spectaculaire samedi soir tenterait de s'évader.

Elles avaient des informations voulant que Serge Pomerleau, Denis Lefebvre et Yves Denis utiliseraient un hélicoptère et possédaient même le nom du pilote, un membre de la famille de l'un des accusés, a appris La Presse de sources policières.

D'après Le Soleil, le fils de Denis Lefebvre, Maxime, 26 ans, serait, selon plusieurs sources, dans la ligne de mire des autorités policières qui tentent d'élucider comment le trio, accusé de meurtre et de trafic de stupéfiants, a orchestré sa sortie de prison.

Tout comme son père, le jeune Lefebvre sait piloter un hélicoptère. Il l'a appris avec son paternel dans une école de pilotage de Beloeil (voir autre texte). Toutefois, il n'est pas le seul amateur de ce type de locomotion dans le cercle des évadés de sorte que d'autres pistes sont étudiées par les enquêteurs. Rappelons que lors de l'opération Écrevisse, au cours de laquelle le trio a été arrêté en octobre 2010, la Sûreté du Québec avait saisi un hélicoptère.

Mais ajoutons que Maxime Lefebvre connaît le Centre de détention de Québec. Il a été arrêté dans la Vieille Capitale le 20 mars pour avoir lancé des meubles dans la piscine d'un hôtel et a été condamné à 50 jours de prison qu'il a purgés à Orsainville. Selon Le Soleil, il aurait eu accès à la cour qui a servi de piste d'atterrissage à l'hélicoptère puisqu'il n'était pas considéré comme un prisonnier à haut risque.

Cotés de S5 à S3

Quoi qu'il en soit, la Sûreté du Québec a avisé d'un possible complot et «d'un très grand danger d'évasion» les responsables du Centre de détention de Québec, en mars.

Des sources du milieu carcéral nous ont confié qu'à l'arrivée des accusés vers le 10 mars, les informations contenues dans leur dossier faisaient déjà état «d'un haut risque d'évasion, et que c'est pour cette raison qu'ils ont été cotés S5, soit le plus haut niveau de sécurité», nous a-t-on dit.

Mais les accusés ont présenté une série de requêtes devant les tribunaux dénonçant leurs conditions de détention qui, selon eux, nuisaient à la préparation de leur défense.

Le 24 mars, le juge Louis Dionne, de la Cour du Québec, qui préside le procès pour trafic de drogue qui se déroule dans la Vieille Capitale, a rendu des décisions favorables aux accusés. Au début du mois d'avril, leur cote de sécurité a été abaissée au niveau S3, le même que pour tout détenu sans histoire, ce qui leur a permis de sortir ensemble dans la cour de la prison sans être menottés et enchaînés aux pieds, comme cela aurait été le cas avec la cote S5. On connaît la suite.

Entrave à la justice

Les accusés ont visiblement essayé d'autres moyens pour tenter d'échapper à la justice.

L'un d'entre eux, qui semble avoir le don pour faire entrer des cellulaires en prison, a en effet communiqué de sa cellule avec une femme de Val-d'Or entre août et octobre 2013. Il voulait que cette dernière appelle et enregistre, pour les discréditer, des témoins importants de la poursuite dans un autre procès pour meurtre que le trio devait subir à Montréal.

Le procureur de la Couronne, Me François Parent, a raconté le modus operandi lorsque la femme de 26 ans a plaidé coupable à une accusation d'entrave, le 28 mars dernier.

«[L'accusé] lui envoyait des messages textes dans lesquels il lui expliquait comment enregistrer les conversations. Les messages étaient envoyés par Dropbox. Madame était payée 250$ par appel enregistré, et c'est lui qui dictait les questions. Elle a reçu 500$ en tout. C'est un proche de [l'accusé] qui a payé le téléphone cellulaire de Madame et les 500$», a expliqué le procureur.

La dame a été condamnée à une peine avec sursis de deux ans moins un jour. L'homme est également accusé d'entrave dans cette affaire; la cause est toujours pendante.

Nos informations nous indiquent que l'organisation de Pomerleau n'a jamais lésiné sur les moyens et la débrouillardise pour parvenir à fuir la justice, comme manoeuvrer pour demeurer détenus dans le même secteur.

La Presse a également appris que rapidement après leur arrestation dans l'opération Écrevisse, leur sécurité soulevait déjà des craintes.

Dès le début des procédures dans le cadre du procès pour meurtre qui devait se tenir à Montréal, les policiers ont particulièrement craint que les trois accusés bénéficient d'une aide extérieure pour être libérés durant les déplacements en fourgon cellulaire entre le Centre de détention de Rivière-des-Prairies, où ils se trouvaient à l'époque, et le palais de justice de Montréal. Les policiers considéraient déjà que les accusés avaient les moyens de réussir un grand coup et que, sachant la preuve forte, ils pourraient tout tenter pour ne pas moisir longtemps en prison.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer