Comparutions à Montréal: un jeune homme libéré, l'autre subira une évaluation psychiatrique

Lors d'un vaste déploiement policier à Pierrefonds, mardi,... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Lors d'un vaste déploiement policier à Pierrefonds, mardi, 200 résidents avaient été évacués de chez eux.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Le jeune homme arrêté mardi à Montréal dans le cadre d'une vaste opération policière antiterrorisme déclenchée à la suite de menaces sur les réseaux sociaux a été libéré sous caution, jeudi.

Omar Elabi, âgé de 20 ans, devra respecter plusieurs conditions strictes.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) avait été alerté par une menace sur Internet et avait déclenché une opération d'envergure dans le quartier où vit le jeune homme, dans l'arrondissement Pierrefonds-Roxboro.

Environ 200 personnes avaient dû être évacuées de leur résidence pendant plusieurs heures, mardi, lors de cette opération policière du SPVM menée en collaboration avec la Sûreté du Québec et la Gendarmerie royale du Canada.

La police a convenu depuis que les menaces - non précisées - n'étaient pas fondées.

M. Elabi, qui était détenu depuis son arrestation mardi, ne fait face à aucune accusation pour l'instant: il a été arrêté et était détenu de façon préventive.

Selon son avocat, Alexandre Goyette, le jeune homme ne reconnaît pas qu'il a fait craindre à un acte terroriste. Il plaide ainsi que M. Elabi n'avait pas d'intention criminelle.

L'affaire reviendra devant le tribunal le 30 mai. On saura peut-être alors si des accusations seront portées contre lui.

Introduction par effraction à la GRC: le jeune homme devra subir une évaluation

Un jeune homme qui aurait tenté mardi de s'introduire par effraction au quartier général québécois de la police fédérale, sur l'île de Montréal, devra subir une évaluation psychiatrique d'un mois.

Le tribunal a accepté jeudi le transfert de Sidy Mouhamoud Keita dans un hôpital psychiatrique montréalais, où un spécialiste déterminera si l'accusé peut être tenu criminellement responsable de ses actes.

L'avocate de M. Keita a soutenu que son client avait déjà été arrêté plus tôt cette année dans un autre territoire judiciaire, et qu'on lui avait alors ordonné de consulter un médecin pour des problèmes de santé mentale.

Me Vanessa Sadler a aussi indiqué que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) avait déjà rencontré la mère de M. Keita, qui a confirmé que la santé mentale du jeune homme de 19 ans inquiète ses proches.

L'affaire reviendra devant le tribunal dans un mois, le 29 avril.

M. Keita avait été arrêté mardi alors qu'il aurait tenté de sauter une clôture du quartier général de la GRC à Westmount.

Il fait face à trois chefs d'accusation: préconiser ou fomenter la perpétration d'infractions de terrorisme, introduction par effraction et harcèlement criminel.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer