Mont-Tremblant: le chef de police peut réintégrer ses fonctions

Même si la Ville de Mont-Tremblant lutte depuis des années devant les tribunaux... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Même si la Ville de Mont-Tremblant lutte depuis des années devant les tribunaux pour se départir de son chef de police, la Cour l'a obligée mercredi à réintégrer dès maintenant Michel Ledoux dans ses fonctions, en attendant un ultime recours judiciaire.

Le juge Gérard Dugré de la Cour supérieure a rejeté la demande d'ordonnance de sursis du jugement déposé par Mont-Tremblant, obligeant ainsi la Ville à appliquer le jugement de la Cour du Québec, rendu le mois dernier.

La destitution du chef Ledoux, en mai 2011, avait alors été réduite à une suspension de quatre mois. Le banc de trois juges avait ordonné la Ville à rembourser rétroactivement, avec intérêts, le salaire perdu de Michel Ledoux, en plus d'une somme de 135 000 $ en frais juridiques.

M. Ledoux a été destitué par la Ville après avoir mis sur écoute ses employés pendant un mois et demi. Il avait aussi enregistré des caucus syndicaux à l'hôtel de ville. Toutefois, le chef Ledoux était alors victime d'une «campagne d'intimidation» des policiers, selon les juges. La Ville n'avait pas réussi à prouver que sa destitution était une «sanction raisonnable» dans les circonstances. 

La demande de révision judiciaire devrait être entendue en décembre prochain. D'ici là, la Ville s'exposerait à un outrage au tribunal en ne réintégrant pas Michel Ledoux. En soirée mercredi, il n'a pas été possible d'avoir la réaction de la Ville de Mont-Tremblant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer