Espionnage: ce qu'un téléphone peut révéler

« Les policiers peuvent aller chercher tout ce qui... (Photo Edouard-Plante Fréchette, archives La Presse)

Agrandir

« Les policiers peuvent aller chercher tout ce qui laisse une trace électronique », affirme un expert.

Photo Edouard-Plante Fréchette, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un téléphone intelligent peut révéler énormément sur son propriétaire... mais la technologie a encore des limites. « Les policiers peuvent aller chercher tout ce qui laisse une trace électronique », résume un expert. Survol des « indiscrétions » possibles.

Numéros

La première information facilement accessible que conservent les fournisseurs de service, de Bell à Telus en passant par Rogers et Vidéotron, ce sont les numéros de téléphone liés aux appels reçus ou émis. À ces informations sont associées l'heure et la durée de l'appel. Ces registres ne sont pas une nouveauté : les policiers les obtiennent avec mandat depuis des décennies. Et, non, « les fournisseurs ne conservent pas d'enregistrement des appels sur leur réseau, c'est une légende urbaine », indique un expert qui préfère ne pas être identifié.

Localisation

On peut situer un téléphone essentiellement par deux moyens qui sont consignés chez le fournisseur. Si on n'a utilisé que le réseau cellulaire, la localisation se fera par « triangulation », selon les tours avec lesquelles le téléphone s'est connecté. Mais en se branchant à l'internet, le téléphone obtient également une adresse IP qui permet de le repérer. Selon la technologie utilisée, cette localisation peut aller du pâté de maisons à un domicile. « Ça va être plus précis au centre-ville qu'en campagne », précise un second expert.

Textos

Comme pour les appels, les numéros de téléphone et l'heure associés à un texto reçu ou envoyé sont enregistrés. Quant à leur contenu, « tout dépend de la configuration de l'appareil et de la technologie utilisée », indique-t-on. En clair, un SMS classique n'utilisant que le réseau cellulaire pourrait voir son contenu enregistré par le fournisseur. Par contre, un texto envoyé et reçu par iMessage ou WhatsApp, crypté de bout en bout, est pratiquement impossible à déchiffrer. « Ce n'est pas du tout la même game », explique un de nos spécialistes en sécurité.

Navigation

Chaque téléphone a un code unique, l'adresse MAC, qui permet en outre au fournisseur de savoir quels sont les domaines visités sur l'internet par son propriétaire. On sait ainsi, par l'adresse IP de ces domaines, qu'un téléphone donné s'est branché à tel moment à Facebook, à Gmail, mais sans connaître le détail de ce qui a été visité.

Mandat

Selon l'importance de l'enquête, ou sa « profondeur » comme le précise un expert, il est possible pour les policiers de demander à des sites comme Facebook le contenu spécifique associé à la requête d'un téléphone à un moment précis. Ces grandes entreprises, de Google à Apple en passant par Amazon, ont obtempéré des centaines de fois aux États-Unis et ont fourni les données conservées sur leurs serveurs, quand des mandats les y ont obligées.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer