Gang de l'ouest: Colegrove était dans la mire des autorités américaines

Jeffrey Colegrove... (PHOTO COURTOISIE)

Agrandir

Jeffrey Colegrove

PHOTO COURTOISIE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Le lieutenant du gang de l'ouest arrêté mardi Jeffrey Colegrove était dans la mire des autorités américaines. L'ex-patron d'une fugitive américaine assassinée à Montréal en 2014, a dirigé une organisation qui aurait importé des millions de dollars de marijuana au New Hampshire au tournant des années 2010, selon la police américaine.

D'après des documents judiciaires américains consultés par La Presse, Colegrove avait comme bras droit Mihale Leventis, qui fait l'objet d'une demande d'extradition aux États-Unis, justement pour une affaire d'importation de marijuana. Leventis a été arrêté en novembre 2012, dans le cadre de l'opération Loquace, par laquelle la Sûreté du Québec a démantelé un regroupement de trafiquants qui aurait tenté de contrôler, par la violence, le marché de la cocaïne au Canada. 

Les États-Unis en ont ensuite profité pour demander son extradition. Colegrove, 48 ans, a été arrêté mardi par les enquêteurs des stupéfiants de la région ouest de la police de Montréal, pour une affaire de trafic de stupéfiants et de possession d'armes. Selon nos informations, il a été le patron d'Elizabeth Barrer, une fugitive américaine impliquée dans le trafic de marijuana, qui figurait sur la liste des personnes les plus recherchées aux États-Unis, et qui a été assassinée dans sa voiture, dans l'ouest de Montréal, en avril 2014.

La route verte

En juin 2014, la police d'État du New Hampshire, en collaboration avec la Drug Enforcement Administration (DEA) a arrêté une douzaine d'individus soupçonnés d'avoir trafiqué des centaines de kilos de marijuana et de cocaïne et d'avoir transporté d'importantes quantités d'argent entre le Canada, le nord-est des États-Unis et la Californie. 

Si tous les suspects appréhendés étaient américains, leur patron était un Canadien : Jeffrey Colegrove, alias Buddy qui n'a toutefois pas été appréhendé et accusé dans cette affaire. Son bras droit était Mihale Leventis, qui s'occupait de l'approvisionnement en marijuana, selon la preuve américaine. En gros, les trafiquants transportaient la marijuana dans des sacs de hockey et franchissaient la frontière américaine par les bois. La drogue était ensuite entreposée dans des locaux au New Hampshire, au Vermont, dans l'État de New York et sur des réserves amérindiennes. Elle était ensuite vendue et l'argent était déplacé vers la Californie, pour y acheter de la cocaïne qui était ensuite importée au Canada. 

« L'organisation a été responsable de l'envoi de 4000 à 7000 livres de marijuana au New Hampshire durant environ un an, ce qui a rapporté aux trafiquants de 3 à 5 millions de dollars », révèlent les documents américains. La première fois que le nom de Colegrove a été prononcé, c'est en mars 2008, lorsque les policiers de l'État de l'Oklahoma ont intercepté une camionnette Toyota pour une banale infraction au Code de la route à El Reno. En inspectant le véhicule, ils ont découvert 2 millions de dollars américains dans un sac sous scellé, caché dans une fausse paroi de la boîte arrière. Le conducteur, qui était parti du New Hampshire à destination de la Californie, a dit recevoir ses ordres en partie d'un certain Buddy, identifié plus tard comme étant Colegrove. 

Dans une décision rendue en mars 2014 par la Commission des libérations conditionnelles du Canada, il est écrit que Colegrove, qui serait aussi citoyen américain, fait l'objet d'accusations en suspens aux États-Unis, ce qu'il nie. On apprend également qu'après son évasion de la Montée Saint-François en 2003, Colegrove n'a été repris que six ans plus tard. Il s'est retrouvé en non-respect de conditions à quelques reprises par la suite. Le lendemain d'une évasion de garde légale, il a pris la peine d'appeler son agent de libération pour lui dire qu'il n'avait pas l'intention de se livrer à court terme.

Pour joindre Daniel Renaud en toute confidentialité, composez le 514 285-7000, poste 4918, ou utilisez l'adresse postale de La Presse.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer