Elle voulait les appeler Prédicateur et Cyanure

Une résidante du Pays de Galles ne pourra pas nommer sa fille Cyanure, a... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
LONDRES

Une résidante du Pays de Galles ne pourra pas nommer sa fille Cyanure, a décrété jeudi un tribunal britannique.

La dame, dont l'identité ne peut être dévoilée pour des raisons légales, est la mère de jumeaux, un garçon et une fille, qu'elle voulait respectivement baptiser Prédicateur et Cyanure.

Afin de justifier son choix pour la petite, elle a affirmé que le mot « cyanure » constituait un prénom « joli et charmant » et qu'il avait une connotation positive puisque le poison avait contribué à la mort du dirigeant nazi, Adolf Hitler.

Les autorités locales se sont opposées à cette décision et un tribunal de la famille a tranché en leur faveur en septembre, reprochant à la mère de ne pas agir dans l'intérêt de ses enfants.

La femme a porté ce jugement en appel, faisant valoir qu'elle avait le droit de choisir les prénoms de ses rejetons. Mais les trois juges de la cour d'appel ont maintenu, jeudi, le précédent verdict.

L'un des magistrats, Eleanor King, a déclaré que cette affaire était l'un des rares cas où l'intervention de la justice était nécessaire.

« C'est difficile de voir comment la petite fille pourrait envisager le fait d'avoir été nommée d'après ce poison mortel autrement que comme un rejet complet de la part de sa mère biologique », a-t-elle indiqué.

La dame ayant eu des problèmes de toxicomanie et de santé mentale par le passé, les deux bébés ont été confiés à des familles d'accueil.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer