Le Cap-Breton, destination des réfugiés anti-Trump?

Le site a gagné en popularité depuis son... (PHOTO PC)

Agrandir

Le site a gagné en popularité depuis son lancement, atteignant plus de 35 000 visites, mercredi.

PHOTO PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michael MacDonald
La Presse Canadienne
Halifax

Le créateur d'un site Internet encourageant les Américains à aller s'installer au Cap-Breton avant que Donald Trump ne soit élu président se dit complètement stupéfait par les réactions suscitées par sa démarche.

Le site, intitulé Cape Breton if Donald Trump Wins, a été mis en ligne lundi par l'animateur radiophonique Rob Calabrese pour se moquer du populiste républicain et, plus important encore, vanter les charmes de l'île.

M. Calabrese dit avoir reçu plusieurs centaines de courriels provenant d'Américains qui lui ont demandé des renseignements et qui envisagent sérieusement de déménager en Nouvelle-Écosse.

Le site a gagné en popularité depuis son lancement, atteignant plus de 35 000 visites, mercredi.

Il comprend un lien menant vers le site touristique du Cap-Breton. La chef de la direction de Destination Cape-Breton, Mary Tulle, souligne que le nombre de visiteurs sur le site de l'organisme a augmenté de 1300 à pareille date l'an dernier à 12 000 cette semaine.

L'animateur mentionne que certains des courriels qu'il a reçus des États-Unis le remercient de sa démarche.

«Certains m'ont écrit pour me dire qu'il était bon de se sentir le bienvenu quelque part, a-t-il dit. Beaucoup d'Américains croient qu'ils ne sont pas très populaires aux yeux du monde entier.»

Le site affiche de jolies photographies montrant des scènes familières à la majorité des Néo-Écossais: superbes vues de la piste Cabot, une baleine surgissant de l'eau, des bateaux de pêche colorés, un phare, des danseurs locaux en habits traditionnels, un majestueux voilier, etc.

«N'attendez pas que Donald Trump soit élu président pour trouver un autre endroit pour vivre, invite le site. Commencez une nouvelle vie au Cap-Breton où les femmes peuvent se faire avorter, les musulmans peuvent marcher en toute liberté et où les seuls «murs' qui existent sont ceux qui soutiennent nos très abordables maisons.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer