Le skateboard volant de Retour vers le futur autorisé en Autriche

Le hoverboard n'existe pour l'instant qu'au stade de... (Archives, Agence France-Presse)

Agrandir

Le hoverboard n'existe pour l'instant qu'au stade de prototype de laboratoire.

Archives, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Vienne

Le hoverboard, skateboard volant imaginé dans Retour vers le futur II, en est encore au stade de prototype de laboratoire, mais son usage est d'ores et déjà autorisé en Autriche, a annoncé le ministère des Transports mardi, à la veille du 21 octobre 2015, jour où se déroule fictivement ce film de 1989.

Considéré, à l'instar du skateboard, comme «un véhicule de petite taille pour un usage hors-chaussée», le hoverboard peut être utilisé librement «partout où un skateboard l'est», a indiqué le ministère dans un communiqué, précisant vouloir assurer aux usagers une «sécurité juridique» en la matière.

On peut ainsi faire du hoverboard dans les aires dédiées, tels les skateparks, mais aussi dans certaines rues, notamment piétonnes, souligne le ministère.

Seule restriction, comme pour le skateboard: l'utilisateur ne doit constituer «aucune gêne ni aucun danger pour les passants et pour la circulation automobile».

La règlementation est sensiblement plus restrictive pour le modèle dit Pit Bull, propulsé par de petites fusées, relève le ministère. Un brevet spécial de pilote et une autorisation de vol sont alors nécessaires, de même qu'un permis bateau si l'engin évolue sur de l'eau.

Fantasme de générations d'adolescents (et d'ingénieurs) depuis la sortie du film il y a un quart de siècle, le hoverboard n'existe pour l'instant qu'au stade de prototype de laboratoire, à des années-lumières d'un emploi urbain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer