Un Américain plaide coupable de trafic de squelettes de dinosaures

Eric Prokopi risque jusqu'à 17 ans de prison et... (PHOTO KEITH BEDFORD, REUTERS)

Agrandir

Eric Prokopi risque jusqu'à 17 ans de prison et 250 000 dollars d'amende.

PHOTO KEITH BEDFORD, REUTERS

Partager

Agence France-Presse
NEW YORK

Un Américain accusé d'importation illégale de squelettes de dinosaures, dont celui d'un tyrannosaure mongol vendu plus d'un million de dollars aux enchères à New York, a plaidé coupable jeudi devant un tribunal new-yorkais.

Eric Prokopi, 38 ans, dont la peine sera prononcée le 25 avril, a accepté la confiscation du squelette de tyrannosaure bataar, qu'il avait reconstitué, ainsi que de plusieurs autres, récemment saisis par la justice, et qui avaient tous été importés illégalement de Mongolie, selon le procureur de Manhattan Preet Bharara.

Il risque jusqu'à 17 ans de prison et 250 000 dollars d'amende.

Le tyrannosaure bataar, de 2,43 m de haut et 7,31 m de long, avait été vendu aux enchères pour 1,05 million de dollars le 20 mai dernier à New York.

Mais après intervention des autorités de Mongolie, il avait été saisi en juin, et fait l'objet d'une procédure judiciaire distincte, en vue d'une restitution.

Eric Prokopi, 38 ans, qui se présentait comme un «paléontologue commercial», est accusé d'avoir entre 2010 et 2012 fait clandestinement venir aux États-Unis ce tyrannosaure venu du désert de Gobie ainsi qu'un autre, deux squelettes de saurolophus angustirostris, un dinosaure herbivore, et deux squelettes d'oviraptors.

Il avait aussi acheté un squelette de microraptor - un petit dinosaure ressemblant à un gros oiseau - à une personne en Chine et l'aurait également fait venir aux États-Unis, selon les autorités.

Et il voulait encore y acheminer un troisième tyrannosaure qui se trouverait en Grande-Bretagne, selon M. Bharara.

Dénonçant un véritable «marché noir de fossiles préhistoriques», les autorités judiciaires new-yorkaises avaient souligné le 17 octobre dernier, lors de son arrestation, que Prokopi voyageait régulièrement à l'étranger et notamment en Mongolie, et falsifiait les documents de douane pour cacher son trafic.

Quand il a été arrêté chez lui en Floride, un camion de livraison y arrivait chargé de quelque 200 kilos de fossiles.

Depuis 1924, la Mongolie considère les fossiles comme une propriété nationale, et leur exportation est interdite.

Un des saurolophus avait aussi été vendu aux enchères, en Californie, pour 75 000 dollars. L'autre, ainsi que les oviraptors, ont été retrouvés et saisis à son domicile.

La maison d'enchères Heritage Auctions, qui avait vendu le tyrannosaure en mai, avait à l'époque souligné que Prokopi avait «passé un an de sa vie et dépensé beaucoup d'argent pour identifier, restaurer, construire et préparer ce qui n'était auparavant qu'un ensemble d'os et fragments d'os non assemblés».

Prokopi s'était à l'époque défendu d'être un trafiquant international, affirmant dans un communiqué être simplement «un gars de Gainesville (Floride) qui essaye de faire vivre (sa) famille».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer