François Véronneau, Saint-Élie-de-Caxton

François Véronneau, 64 ans, Saint-Élie-de-Caxton... (Photo Olivier PontBriand, La Presse)

Agrandir

François Véronneau, 64 ans, Saint-Élie-de-Caxton

Photo Olivier PontBriand, La Presse

Les Québécois éliront un nouveau gouvernement le 1er octobre prochain. D'ici là, La Presse a voulu sonder l'état d'esprit des électeurs. Nos journalistes et nos photographes ont été à leur rencontre dans 100 villes différentes dans toutes les régions du Québec. Découvrez ce que les électeurs ont à dire.

QU'EST-CE QUI VOUS PRÉOCCUPE EN CE MOMENT ?

Je prépare une soirée rencontre dont les profits iront à la maison des jeunes de Saint-Élie-de-Caxton. L'organisation va bien, mais ça me prend de l'énergie.

QUELLE EST LA DERNIÈRE CHOSE QUI VOUS A MIS DE BONNE HUMEUR ?

J'ai quitté la frénésie de la grande ville, hier, pour arriver ici à Saint-Élie. Je suis revenu dans un lieu de quiétude où on est capable de sentir la vie. C'est la grande joie.

QUELLE EST LA DERNIÈRE CHOSE QUI VOUS A MIS EN COLÈRE ?

Je ne le nomme pas... L'attitude de certains dirigeants de grands pays qui donnent des raisons sans évidence pour justifier leurs gestes et garder leur électorat.

QUELLE EST LA DERNIÈRE PERSONNALITÉ PUBLIQUE DONT LA MORT VOUS A ÉMU ?

Je ne peux pas vous dire exactement.

SI VOUS POUVIEZ ET VOULIEZ VIVRE DANS UNE AUTRE VILLE DU QUÉBEC, LAQUELLE SERAIT-CE, ET POURQUOI ?

Un lieu qui s'apparente à Saint-Élie-de-Caxton. À l'âge que j'ai, j'ai besoin de ce retrait-là et j'aime savoir qu'il y a des lieux comme ça. La Mauricie n'a rien à envier à quelque région que ce soit dans le monde, parce qu'elle a ses propres couleurs.

SI VOUS POUVIEZ CHANGER UNE SEULE CHOSE DANS VOTRE CIRCONSCRIPTION, QU'EST-CE QUE CE SERAIT ?

De la visibilité. Saint-Élie-de-Caxton n'a pas les moyens d'une grande ville pour faire de la publicité et faire valoir ses valeurs, ses restaurants, ses hôtels et le sourire de ses citoyens.

SI VOUS POUVIEZ CHANGER UNE SEULE CHOSE AU QUÉBEC, QU'EST-CE QUE CE SERAIT ?

Je voudrais qu'on fasse plus confiance aux jeunes. Un jour, on va débarquer du système et c'est eux qui vont prendre la place. J'ai été président d'école secondaire pendant 10 ans et j'ai vu que c'est ce qui manquait.

QUEL EST LE DERNIER CONTENU QUE VOUS AVEZ PARTAGÉ SUR FACEBOOK ?

Des photos de famille.

OÙ VOUS VOYEZ-VOUS DANS CINQ ANS ?

Dans la quarantaine, on a des projets à long terme. Mais des projets à long terme, ça te contraint. À la retraite, on n'en veut plus, de contraintes. On vit au jour le jour.

QU'EST-CE QUE C'EST, POUR VOUS, ÊTRE QUÉBÉCOIS ?

Je tiens à ma langue, même si j'en parle trois et bientôt quatre. La langue française, c'est un des éléments, et la convivialité. Surtout, ne nous américanisons pas davantage. Restons européens.

FAITES UN VOEU...

On peut dire la paix dans le monde, mais ce n'est pas nous qui contrôlons ça ! J'espère qu'un jour, il y aura au moins une équité mondiale.

QUE FERIEZ-VOUS SI VOUS GAGNIEZ UNE SOMME IMPORTANTE ?

Je n'ai pas besoin de luxe. Je la partagerais avec ma famille. Ça pourrait améliorer leur compte de banque, pas leur vie, par contre. Je connais des gens riches qui pleurent dans leur grosse voiture.

DANS VOTRE VIE, CES CINQ OBJETS SONT-ILS POSITIFS OU NÉGATIFS ?

Téléphone

Positif, mais je n'ai pas de cellulaire, même si on me dit : « Tu devrais... »

Ordinateur

Positif, pour avoir eu à écrire des documents de milliers de pages. Je serais encore en train de les taper à la machine...

Carte de crédit

Positif, car tu peux être mal pris dans certaines situations, par exemple à l'étranger.

Télévision

Très positif.

Bouteille de bière ou de vin

Positif, si je prends une bouteille entre amis, deux bouteilles tout seul, il y a un problème. Si tu bois trop d'eau, tu peux te noyer aussi.

VOUS DEVENEZ PREMIER MINISTRE DEMAIN. QUELLE EST LA PREMIÈRE PHRASE DE VOTRE PREMIER DISCOURS ?

Bienvenue chez vous ! Ce qu'on va faire, c'est pour améliorer votre société, et je vous demande de participer.

Si un chef de parti croisait votre chemin pendant la campagne électorale, de quelle préoccupation aimeriez-vous lui parler? Préserver votre emploi, acquérir une propriété, refaire une route dangereuse? Dites-nous ce qui vous préoccupe, et pourquoi, en 250 mots, en écrivant à centvilles@lapresse.ca en prenant soin de préciser votre nom, votre âge, ce que vous faites et la municipalité dans laquelle vous vivez. Nous publierons un certain nombre de messages pendant la campagne électorale, en septembre.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

la boite:4372315:box
la boite:219:box
image title
Fermer