• Accueil > 
  • XTRA > 
  • Emploi 
  • > Enquête :  les raisons qui poussent des travailleurs à changer de carrière 

Indeed

Enquête :  les raisons qui poussent des travailleurs à changer de carrière

La pénurie de main-d'oeuvre actuelle donne aux chercheurs d'emploi l'embarras du choix, et les employés n'ont maintenant plus à se cantonner à un poste, à un employeur ou même à une seule carrière pour toute leur vie. Les démarches de recherche d'emploi visent de plus en plus large; les personnes ne cherchent plus seulement un poste similaire dans une autre entreprise, mais envisagent aussi carrément de changer de domaine, par exemple en passant de la finance aux technologies ou du marketing à l'enseignement.

Afin d'avoir une meilleure idée du nombre de personnes qui ont procédé à un changement radical de carrière ou qui prévoient le faire et de mieux comprendre leurs motivations, Indeed a mené une enquête auprès de 1023 travailleurs au Canada de divers niveaux de scolarité, choisis au hasard, et oeuvrant dans différents secteurs d'activité.

Plus du tiers des répondants (38 %) affirment avoir changé radicalement de carrière à un moment de leur vie. Parmi les répondants qui ont affirmé ne pas avoir fait le saut d'une carrière à une autre, 35 % déclarent y penser ou y avoir déjà pensé.

Quelles tendances se dégagent chez les personnes qui changent de carrière? Qu'est-ce qui les motive à prendre cette décision majeure, et comment s'y prennent-ils? Voici ce que le sondage a révélé.

Pour beaucoup de travailleurs, c'est d'abord une question d'argent

Dans un marché de l'emploi vigoureux, les travailleurs sentent qu'ils peuvent exiger de meilleures conditions et ne veulent pas faire de compromis sur cette question. Bien que les facteurs qui motivent les travailleurs à changer de carrière soient multiples, les répondants affirment que la raison principale est l'aspect pécuniaire : 63 % de ceux qui ont changé de carrière disent l'avoir fait pour occuper un poste plus payant. 70 % des répondants qui prévoient se réorienter indiquent que le salaire plus élevé représente la principale motivation.

Cependant, l'argent n'est pas l'unique motivation. Les travailleurs souhaitent aussi faire avancer leur carrière, et 57 % des répondants qui se sont réorientés ont fait ce choix pour avoir accès à plus de possibilités de croissance professionnelle. De plus, près de la moitié des répondants (47 %) affirment s'être inscrits à des programmes particuliers d'études ou de formation.

Si les employeurs veulent garder leurs travailleurs, ils doivent non seulement offrir des salaires concurrentiels, mais aussi mettre en oeuvre des programmes pour favoriser l'épanouissement et la croissance de leur personnel. Les entreprises auraient aussi avantage à soutenir les changements de carrière à l'interne en permettant aux employés de changer de service, par exemple des ventes au marketing, pour leur permettre d'acquérir de l'expérience dans le domaine où ils souhaitent réellement travailler.

Les travailleurs cherchent le bonheur dans leur nouvelle carrière... et la plupart le trouvent

Le bonheur est un autre important facteur de motivation : 59 % des travailleurs qui changent de carrière, de même que 59 % de ceux qui songent à le faire, mentionnent le fait qu'ils sont malheureux dans leur poste actuel pour expliquer leur décision. De plus, 52 % des répondants qui envisagent de faire le saut affirment être insatisfaits de l'industrie dans laquelle ils travaillent.

Évidemment, la définition du bonheur change d'une personne à l'autre, mais tout le monde sait reconnaître un employé heureux. Les travailleurs tiennent compte de plusieurs facteurs quand vient le temps de décider de garder leur emploi ou de le quitter. La culture d'entreprise est un facteur important pour les employés, et une majorité des meilleurs employeurs au Canada et au Québec selon Indeed se distinguent sur ce plan.

Réduire le niveau de stress est aussi une considération déterminante. Parmi les personnes qui ont déjà changé de carrière, 55 % affirment avoir fait ce choix pour travailler dans une industrie moins stressante, et 59 % de celles qui prévoient se réorienter cherchent un emploi qui leur imposera moins de stress.

Les changements de carrière s'expliquent aussi par une recherche de flexibilité. Les professionnels d'aujourd'hui considèrent comme très important, voire attendu, d'avoir des choix quant à leur horaire et à l'endroit où ils travaillent. Parmi les répondants qui ont changé d'emploi, 55 % déclarent avoir été motivés par la recherche d'une flexibilité accrue en ce sens, ce qui peut vouloir dire la possibilité de travailler de la maison ou de choisir des horaires de travail différents. De même, 56 % des répondants qui prévoient faire un changement de carrière disent le faire pour gagner en flexibilité.

Pour les employeurs, offrir des conditions de travail flexibles peut grandement contribuer à la satisfaction du personnel : une autre étude indique que près de la moitié (47 %) des répondants qui n'ont pas droit au télétravail dans leur emploi actuel en sont mécontents et souhaiteraient que leur employeur permette cette pratique.

Bref, quoi en conclure? Les employeurs qui tiennent encore à imposer le neuf à cinq à leurs employés devraient y songer à deux fois, car ils risquent de se priver d'employés talentueux.

Un changement de carrière est une décision longuement mûrie

Les personnes qui changent de carrière le font après un long processus de réflexion : 62 % des répondants qui ont changé de carrière affirment avoir longuement planifié leur décision, passant en moyenne 11 mois à réfléchir avant de passer à l'acte. De plus, 56 % des personnes qui se sont réorientées ont longuement discuté de leurs intentions de changer de carrière avec leurs amis et leur famille.

Il est crucial de prendre son temps pour parvenir à cette décision, surtout lorsque l'on constate que les deux tiers (66 %) des travailleurs qui ont changé de carrière déclarent que ce choix a eu des incidences financières dans leur vie. De plus, pour 49 % de personnes qui ont fait le saut, cette décision a aussi eu des répercussions sur leurs familles et amis.

Près de la moitié des gens interrogés (46 %) affirment que leur changement de carrière a entraîné une réduction de salaire. Il s'agit d'une constatation notable, d'autant plus que pour bon nombre d'entre eux, l'argent était un facteur de motivation clé pour passer à un autre emploi. Selon l'industrie dans laquelle ils se retrouvent, les répondants peuvent s'attendre à pouvoir augmenter leur salaire à mesure qu'ils évoluent dans leur nouvelle carrière.

En fin de compte, est-ce que le jeu en vaut la chandelle?

Il n'y a pas à dire : un changement complet de carrière représente un projet considérable. Nous avons cherché à savoir si, pour les répondants qui ont fait ce choix, cette décision en a finalement valu la peine. Fort heureusement, presque neuf répondants sur dix (87 %) ayant fait un changement de carrière affirment être plus heureux depuis qu'ils ont fait le saut.

Cependant, ce genre de décision n'est pas pour tout le monde : 63 % des Canadiens n'ont jamais changé de carrière, et l'employé moyen au pays occupe son poste actuel depuis neuf ans.

Les employeurs qui comprennent pourquoi certains travailleurs changent de carrière peuvent commencer à mettre en place des mesures pour inciter leurs employés à rester en poste. L'essentiel est de faire en sorte que les employés soient heureux et motivés. Étudiez la possibilité d'offrir des conditions plus flexibles à vos employés par une politique de télétravail, ayez des discussions ouvertes au sujet de leurs aspirations professionnelles et des possibilités de formation applicables, et créez un sondage anonyme sur la mobilisation des employés afin de mieux comprendre comment améliorer votre culture d'entreprise. Si les conditions que vous offrez à vos employés contribuent à leur bonheur au travail, vous serez plus à même de les retenir à long terme.

Méthodologie

L'enquête a été menée par Censuswide pour le compte d'Indeed auprès de 1023 répondants sélectionnés au hasard qui travaillent à temps plein au Canada, entre le 28 octobre et le 1er novembre 2019. La marge d'erreur est de +/- 3,1 %, 19 fois sur 20.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

La liste:-1:liste; la boite:2320429:box; tpl:html.tpl:file
La liste:-1:liste; la boite:2333426:box; tpl:html.tpl:file
La liste:-1:liste; la boite:2320468:box; tpl:html.tpl:file
La liste:-1:liste; la boite:2334608:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer