De nombreux Canadiens ne sont pas adéquatement préparés à transférer leur patrimoine familial ou à hériter, souvent en raison d’un manque de communication ou de planification. Heureusement, il n’est jamais trop tôt (ou trop tard) pour commencer. La planification vous permet d’envisager des économies d’impôt, de réduire les déficits de financement éventuels et de maximiser votre situation financière actuelle. Voici 10 mesures à mettre en œuvre dès aujourd’hui.

Publié le 19 déc. 2021

XTRA Qu’est-ce qu’un XTRA?

XTRA est une section qui regroupe des contenus promotionnels produits par ou pour des annonceurs.

1. Déterminez clairement ce que la planification de l’héritage signifie pour vous.

Pas facile d’aborder des sujets comme la mort et l’héritage avec vos parents ou vos enfants… Pour aider les membres de votre famille à s’investir davantage, mieux vaut présenter cela comme une discussion sur les valeurs et les objectifs, plutôt que sur vos dispositions testamentaires. Les valeurs et les aspirations sont souvent une bonne entrée en matière pour entamer des sujets plus délicats.

2. Préparez-vous dès aujourd’hui pour les imprévus.

Vos besoins changent au fil du temps, et le bien-être financier de vos proches peut avoir des répercussions sur plusieurs générations. Que ce soit pour vous ou vos parents, il importe de tenir votre famille informée et de vous doter d’un plan de protection contre les risques adapté à votre situation. Cela peut inclure une planification financière pour les soins de longue durée ou des stratégies d’assurance vie.

3. Réfléchissez à votre structure familiale.

La façon dont vous organiserez votre héritage dépend largement de la structure de votre famille. Chaque famille a sa propre dynamique et, pour être bien structuré, le plan successoral doit être fait sur mesure. La planification successorale pour les familles reconstituées, notamment, peut se révéler fort complexe. Il faut aussi tenir compte des bénéficiaires aux besoins particuliers.

4. Visez un transfert de patrimoine fiscalement avantageux.

Consultez un expert en fiscalité pour structurer votre succession de manière à maximiser les économies d’impôt. N’oubliez pas que les considérations fiscales varient d’une province ou d’un territoire à l’autre, ce qui aura une incidence sur vos décisions.

5. Prudence en transférant des biens comme une entreprise familiale ou une propriété de vacances !

Suivant la structure de votre famille, il arrive que certains biens soient plus intéressants pour un bénéficiaire que pour un autre, ou plus difficiles à partager au moment de répartir la succession. Assurez-vous que vos décisions et motifs, y compris les conséquences fiscales et les responsabilités, sont clairs pour chaque personne.

Vous êtes propriétaire d’entreprise ? Consultez cet article.

6. Tenez compte des biens ayant une valeur sentimentale.

La valeur ne se mesure pas toujours en dollars. Certains biens — meubles, bijoux, œuvres d’art… — ont souvent une grande valeur sentimentale. Il est important de communiquer vos intentions à vos proches à ce sujet, plutôt que de faire des suppositions sur ce qui est susceptible ou non de les intéresser.

7. Envisagez une fiducie.

Si un des bénéficiaires est encore assez jeune ou qu’il a besoin d’accompagnement pour gérer une somme d’argent importante, consultez un expert en fiscalité ou en succession pour que l’héritage soit utilisé de manière adéquate.

En savoir plus

8. Planifiez soigneusement vos dons de bienfaisance pour en maximiser les avantages fiscaux.

De quelle façon vos dons de bienfaisance profiteront-ils à l’ensemble de votre succession ? Un plan de dons de bienfaisance bien construit permet de bâtir un héritage reflétant vos valeurs et les causes auxquelles vous tenez, tout en réduisant l’impôt sur le revenu à payer.

9. Attribuez les rôles importants.

Une des décisions les plus cruciales à prendre durant la planification successorale est le choix d’un représentant personnel (parfois appelé « exécuteur testamentaire », « liquidateur » ou « fiduciaire de la succession »). D’autres rôles importants sont à attribuer, comme celui de mandataire, de fiduciaire, de tuteur (si vous avez de jeunes enfants) et d’aidant (pour vos parents âgés ou vos proches ayant une incapacité).

10. Initiez rapidement vos enfants aux finances.

De nombreux parents se questionnent sur la capacité de leurs enfants à gérer leur héritage, même à l’âge adulte. Certains membres de votre famille, particulièrement les jeunes enfants, ne maîtrisent peut-être pas tous les concepts financiers abordés durant ces conversations… Vous avez besoin d’informations supplémentaires sur un sujet ? Votre conseiller IG a accès à de nombreuses ressources éducatives pour vous aider, notamment le programme Les jeunes et l’argent, créé en partenariat avec la Fondation canadienne d’éducation économique. D’autres outils sont offerts, dont le guide de transfert de patrimoine Planifiez dès aujourd’hui les beaux souvenirs de demain et le cahier Créez votre énoncé de mission familial.

Rappelez-vous que même une fois votre plan de transfert de patrimoine (aussi appelé « plan successoral ») établi, il n’est pas coulé dans le béton et peut être adapté à mesure que votre famille grandit et évolue. Votre conseiller IG collabore avec des spécialistes de la fiscalité, des successions, du droit de la famille et de l’assurance pour aider les familles à évaluer leurs options et à composer avec les subtilités du patrimoine.

En savoir plus sur IG Gestion de patrimoine