Les femmes sont encore peu nombreuses à faire carrière dans plusieurs secteurs de l’industrie financière. Pourquoi est-il si important de mettre en place les conditions favorables pour renverser cette tendance ? Selon Angela D’Angelo, vice-présidente, Développement et Expérience client, à la Financière Banque Nationale Gestion de patrimoine, il est essentiel de créer une industrie qui reflète l’ensemble de la société. Parce que, lorsque les clientes se sentent représentées et comprises au sein de leur propre institution financière, elles jouent un rôle plus actif dans leurs finances et risquent moins d'être déstabilisées quand un changement ou un moment important survient, ou qu’une occasion s’offre à elles.

Publié le 14 déc. 2021

XTRA Qu’est-ce qu’un XTRA?

XTRA est une section qui regroupe des contenus promotionnels produits par ou pour des annonceurs.

Trop de clientes se présentent à leur institution financière lorsqu’elles vivent un moment de vie important et regrettent alors de ne pas s’être intéressées à leurs finances plus tôt.

Angela D’Angelo, vice-présidente, Développement et Expérience client, Financière Banque Nationale Gestion de patrimoine

Les études le montrent : les femmes ont plus de pouvoir économique que jamais. Selon des estimations établies avant la pandémie, elles contrôleront autour de 93 billions de dollars de la richesse mondiale d’ici 20231. Cette rondelette somme atteint presque le produit intérieur brut (PIB) mondial pour 2021 (95 billions de dollars américains). Pour les institutions financières, les femmes représentent donc un segment de clientèle grandissant, puisqu’elles sont toujours plus nombreuses à rechercher conseils d’experts et meilleures pratiques pour gérer leur patrimoine.

En s’intéressant de plus près à leurs propres finances et en visant l'indépendance financière, les femmes risquent moins d'être déstabilisées si un événement de vie venait à en perturber l’équilibre : séparation ou divorce, maladie grave, décès… « S’occuper de son patrimoine, c’est faire croître ses avoirs à long terme, mais c’est aussi les protéger des événements et des imprévus qui peuvent survenir au fil de la vie », fait valoir Angela D’Angelo.

Cultiver la littératie financière

Plus les femmes s'intéresseront aux finances et transmettront leurs connaissances, plus les générations qui suivront seront portées à en faire de même. Ce mouvement pourrait aider plus de femmes à atteindre l’indépendance financière et contribuer à faire évoluer la société. « Cette culture d’une littératie financière au féminin doit émaner de l’industrie de la finance elle-même », estime Angela D’Angelo.

C’est pourquoi il est essentiel que les leaders en finances prennent sous leur aile celles qui en sont à leurs débuts dans l’industrie. « Cela signifie que les cadres doivent mener par l’exemple, adopter le changement, créer des occasions de carrière attrayantes pour les femmes et faire de ces dernières un élément important de leur propre succès », énumère Angela D’Angelo, qui assure elle-même le leadership d’une vice-présidence.

Une éducation à faire dès l’école

Une société génératrice de richesse a aussi la responsabilité d’agir en introduisant l'éducation financière sur les bancs d'école et à la maison. Les parents et l’école jouent un rôle dans la formation des opinions des filles et des femmes sur les questions financières. Marché du travail, indépendance financière des femmes, parité des salaires, diversification des milieux de travail traditionnellement masculins : les futures générations doivent, en plus de s’intéresser à leurs propres finances, mieux comprendre les répercussions des choix économiques collectifs sur la société et sur l’autonomie des femmes.

Une équation gagnante pour les femmes

Pour mieux servir sa clientèle, la communauté financière a tout à gagner de la valorisation de l’intelligence émotionnelle qu’insufflent les conseillères et conseillers financiers à leur pratique. Les femmes prennent le contrôle de leurs finances lorsqu’elles comprennent l’incidence de leurs décisions sur leurs objectifs et leurs projets de vie. L’une des clés pour augmenter l’autonomie des femmes est d’intégrer à l’industrie financière plus de personnes qui savent aborder les finances au féminin.

J’observe souvent que les conseillères ont tendance à comprendre intuitivement les problèmes auxquels les femmes font face. Offrir des services aux femmes investisseuses, qui recherchent généralement une relation plus personnelle avec leur conseiller, leur vient plus naturellement.

Angela D’Angelo, vice-présidente, Développement et Expérience client, Financière Banque Nationale Gestion de patrimoine

Et plus l'industrie comprendra les préoccupations réelles des femmes, plus elle saura adapter son discours et ses conseils pour amener la clientèle féminine à s'investir dans ses finances. En fin de compte, ce sont véritablement les femmes qui en ressortent gagnantes. Devant les différents événements de la vie, le rôle du conseiller financier est d’aider à gérer, à protéger et à faire croître son patrimoine. « Raison de plus de prendre ses finances en main et de trouver un conseiller ou une conseillère avec qui le courant passe et qui comprend réellement ce qu’on vit », conclut Angela D’Angelo.

Ce sont ces trois acteurs clés — les femmes, le système scolaire et l’industrie de la finance — qui doivent s'unir pour faire progresser cette prise de conscience et aider un nombre plus important de femmes à atteindre l'indépendance financière, à saisir un plus grand nombre d’occasions favorables et, surtout, à réduire les surprises dans les moments de vie les plus importants.

Découvrez comment notre équipe peut vous aider

Angela D’Angelo, vice-présidente, Développement et Expérience client, Financière Banque Nationale Gestion de patrimoine

Angela D’Angelo, vice-présidente, Développement et Expérience client, Financière Banque Nationale Gestion de patrimoine

Cumulant 28 ans d’expérience dans le milieu financier et occupant le poste mentionné ci-dessus depuis 2011, Angela D’Angelo est responsable des stratégies d’apprentissage pancanadiennes et du développement professionnel des équipes en gestion de patrimoine. En plus d’avoir mis sur pied la plateforme de conférences destinées aux investisseuses BNC.ca/femmes, elle s’investit auprès d’organismes comme la Fondation cancer du sein du Québec et l’Association des femmes d’affaires du Québec.

1 Boston Consulting Group, 9 avril 2020