La pandémie mondiale a forcé plusieurs personnes à mettre en veilleuse leurs objectifs et ambitions, et à réévaluer ce qui compte vraiment pour elles. Cette redéfinition des priorités s’est avérée salutaire, mais maintenant que les restrictions s’assouplissent, ces rêves reportés peuvent reprendre leur place.

Publié le 9 déc. 2021

XTRA Qu’est-ce qu’un XTRA?

XTRA est une section qui regroupe des contenus promotionnels produits par ou pour des annonceurs.

Selon un sondage de la Banque CIBC datant de 2021 et portant sur les ambitions financières des Canadiens et Canadiennes, près de 73 % d’entre eux ont affirmé que leurs objectifs sont restés les mêmes au cours des 21 derniers mois, tandis que le quart des répondants a déclaré que la pandémie les a incités à dresser une liste de leurs rêves à réaliser.

De nombreux Canadiens ont reporté leurs aspirations et leurs ambitions par nécessité, mais à mesure que la pandémie se résorbe, de grands projets redeviennent des priorités.

Carissa Lucreziano, vice-présidente, Conseils financiers et de placement, Banque CIBC

Carissa Lucreziano, vice-présidente, Conseils financiers et de placement, Banque CIBC

Au Canada, les principales ambitions à long terme sont de voyager (29 %) et d’éliminer l’endettement (21 %). Adopter de saines habitudes de vie (13 %) et se remettre sur la bonne voie après la pandémie (12 %) s’avère aussi une priorité évoquée par les répondants. Outre ces principaux points, les Canadiens et Canadiennes rêvent également à une retraite anticipée, d’acheter une maison ou encore d’élever une famille heureuse et en santé.

Réévaluer ses aspirations peut être une expérience enrichissante. Toutefois, pour certains, il s’agit d’un rappel des limites qui se dressent devant eux. Le sondage a ainsi révélé que les contraintes de temps, le manque de confiance, le fait de ne pas savoir par où commencer et la vie en général freinent l’atteinte des objectifs. Cependant, la principale entrave réside dans le manque d’argent, soulevée par 37 % des personnes questionnées.

C’est pourquoi Mme Lucreziano encourage les gens à se fixer des objectifs modestes. Placer chaque mois un faible pourcentage de son revenu dans un compte réservé à un grand rêve, tirer parti des ressources disponibles, demander des conseils de planification à un ami ou à un conseiller de confiance sont autant de façons de faire un premier pas vers l’épargne.

Même si les obstacles à surmonter pour atteindre nos buts sont parfois intimidants, il existe des ressources et des outils pour nous faciliter la tâche. N’hésitez pas à faire appel à votre réseau de soutien – amis, membres de la famille, mentors ou conseillers – afin de discuter des mesures à prendre et ainsi simplifier le processus.

Carissa Lucreziano, vice-présidente, Conseils financiers et de placement, Banque CIBC

Toujours selon ce même sondage, environ la moitié des Canadiens et Canadiennes - plus particulièrement ceux de moins de 34 ans - estiment que partager leurs idées avec un proche ou un conseiller augmente les chances de réussite. En revanche, à peine une personne sondée sur quatre a déclaré avoir demandé de l’aide et des conseils en ce sens.

Pour aider les Canadiens et Canadiennes à atteindre leurs objectifs, qu’ils soient modestes ou ambitieux, la Banque CIBC a lancé plusieurs outils numériques qui facilitent plus que jamais l’établissement de cibles. Un excellent exemple est l’initiative Pro-objectifs CIBC, qui modernise et simplifie l’expérience de planification financière. Grâce à ce nouvel outil, les clients de la Banque CIBC élaborent un plan préliminaire en ligne par l’intermédiaire des Services bancaires CIBC en direct, puis ils bénéficient de conseils d’experts et du savoir-faire d’un conseiller pour définir leur stratégie à long terme. Pro-objectifs CIBC leur permet aussi de suivre en tout temps leurs progrès.

Enfin, malgré l’abondance actuelle d’outils, le sondage a aussi révélé que si les Canadiens et Canadiennes pouvaient remonter le temps, les conseils qu’ils mettraient en pratique seraient d’épargner dès leur jeune âge, de suivre leurs rêves et d’avoir confiance en eux. Mme Lucreziano ne pourrait être plus d’accord. « Il n’est jamais trop tôt pour prendre les mesures nécessaires à la réalisation de nos idées, quelle que soit leur envergure, » conclut-elle.