La Centrale des syndicats du Québec (CSQ), qui représente plus de 120 000 travailleuses et travailleurs en éducation, en santé et dans les cégeps, est rendue à un point de bascule dans les négociations du secteur public. Leurs membres vivent une crise sans précédent en ce qui concerne leurs conditions de travail. Selon sa présidente, Sonia Ethier, « c’est l’impasse depuis 2019, et ce, à toutes les tables. Le gouvernement de la CAQ [Coalition avenir Québec] refuse de voir la réalité d’un système en crise au bord de la rupture. » Survol de l’état de la situation dans ces secteurs névralgiques.

XTRA Qu’est-ce qu’un XTRA?

XTRA est une section qui regroupe des contenus promotionnels produits par ou pour des annonceurs.

Un système d’éducation qui s’écroule

En éducation, selon la CSQ, tous les métiers et professions sont mis à mal, des enseignants de la maternelle, du primaire et du secondaire aux professeurs de cégep, de la formation professionnelle et de l’éducation aux adultes, en passant par le personnel de soutien (plus de 81 corps de métier !), les services de garde, les psychologues, les psychoéducateurs et le personnel de soutien de l’enseignement supérieur.

« On traîne au-delà de 20 ans d’austérité; c’est devenu insupportable ! » lance Sonia Ethier. Cette dernière mentionne les abandons de poste, la surcharge de travail, la précarité d’emploi, etc. « Juste en 2019, les dépenses en assurance salaire représentent plus de 200 millions de dollars. Cela équivaut à plus de 531 000 jours d’absence chez les professeurs et à plus de 354 000 jours pour le personnel de soutien », précise-t-elle.

Ces données démontrent que le monde de l’éducation traverse une crise majeure. Pourtant, les demandes de la CSQ restent lettre morte aux tables des négociations. Parmi les demandes de la centrale : l’augmentation de la rémunération des petits salariés, la réduction de la tâche de travail et la diminution de la précarité d’emploi.

Un système de santé sous respirateur artificiel

« Il en va de même avec notre système de santé, miné par les 10 dernières années d’austérité », poursuit la présidente de la CSQ. La centrale syndicale représente aussi des infirmières, des infirmières auxiliaires et des inhalothérapeutes au Québec.

Problèmes de salaires, de rétention, de surcharge de travail… « Cette surcharge a mené à un taux d’absentéisme sans précédent en 2019, qui a coûté à l’État plus de 700 millions de dollars en assurance salaire. Il faut donner un sérieux coup de barre aux conditions des travailleuses et travailleurs essentiels dans ce milieu plus que malmené », affirme-t-elle.

La CSQ lance un cri du cœur

Dans sa plus récente campagne, sous le thème « Ça nous regarde tous », la centrale dénonce la triste réalité des employés des écoles, des établissements de santé et des cégeps.

« Les enseignants sont à bout de souffle, le personnel de la santé est privé de vacances, les services de garde n’en peuvent plus, le personnel de soutien en éducation vit dans la précarité; bref, il est temps que les choses changent rapidement », déclare Sonia Ethier .

Au-delà de l’argent, il y a les gens

La dirigeante rappelle que les bénéficiaires de ces services à la population sont les élèves, les patients et les étudiants; ce qui touche les services publics touche également l’ensemble des Québécoises et des Québécois.

Les services publics ne sont pas une dépense, mais bien un investissement pour la population. Chaque dollar investi dans les services publics génère une hausse de 1,20 $ pour le bien public.

Sonia Ethier, présidente de la CSQ

Un raisonnement qui, selon Sonia Ethier, ne semble pas faire écho au gouvernement Legault. « La CAQ a manqué au moins trois rendez-vous : à l’égard de la population, à ses promesses électorales en éducation et en santé, et finalement à celui de la relance économique. Depuis un an, les négos tournent en rond », résume Sonia Ethier. « Il est temps que les conditions de travail du secteur public deviennent une priorité alors que
75 % des postes en éducation, en santé et dans les cégeps sont occupés par des femmes. Ces dernières méritent de prendre part à la relance économique », conclut la présidente de la CSQ.

Consultez le site web de la CSQ