Avec ses différents alphabets, sa culture riche et étonnante, ses villes immenses et grouillantes, le Japon peut intimider le voyageur néophyte. Or, il est plutôt facile de voyager dans ce pays d'un dynamisme sans égal. Voici quelques suggestions pour ne rien manquer, bien se préparer et ne pas froisser vos hôtes!

Marie-Soleil Desautels LA PRESSE

LES INCONTOURNABLES

Onsen

L'art de vivre nippon se conjugue avec les onsen, ces stations thermales où l'eau provient d'une source volcanique. Environ 22 000 onsen accueillent 130 millions de personnes par année au Japon. C'est un lieu de détente et de communication. On se baigne nu, dans un bassin commun, après s'être lavé avec soin, aussi dans un espace commun.

Dans les auberges traditionnelles, les ryokan, on retrouve souvent des onsen, intérieurs ou extérieurs. Les petits villages japonais ont aussi régulièrement des bains publics, ouverts à tous. Ils valent le détour: s'ils sont moins jolis, peu de touristes s'y rendent et on y plonge dans l'intimité des Japonais. Attention, chaud: jusqu'à 45°C.

Marchés

Le marché du quartier Tsukiji, à Tokyo, est le plus grand marché de poissons du monde. Si les enchères au thon débutent vers 5h, vous pouvez aussi arriver plus tard et parcourir les allées où se vendent des crabes, des thons rouges, des poulpes, des coeurs de requin, alouette! Régalez-vous de prises fraîches dans un bar à sushi du marché extérieur.

À Kyoto, le marché couvert Nishiki - surnommé «la cuisine de Kyoto» - s'étend sur cinq pâtés de maisons et rassemble une centaine de magasins et de restaurants. S'y côtoient des poissons frais, séchés ou en gâteaux, des légumes marinés, des fruits, des sucreries, etc. Dégustez-y de petites pieuvres servies sur un bâtonnet!

Temples

Les plus beaux temples, jardins et palais - plus de 2000! - se trouvent à Kyoto, centre culturel du Japon. Le flamboyant Kiyomizu-dera domine Kyoto. Le Kinkaku-ji, couvert d'or, brille tout le jour. Et les 15 rochers du jardin du Ryoan-ji laissent songeur. Pour découvrir Kyoto, le vélo est le moyen de transport idéal.

***

LA CUISINE

Réussir son voyage dans l'archipel nippon passe par la cuisine japonaise. Voici cinq mets ou gourmandises à essayer.

Gyutan

Le gyutan, de la langue de boeuf, est une spécialité japonaise qui a vu le jour dans les années 50 à Sendai, une métropole située à 300 km au nord-est de Tokyo. Ce mets s'est vite répandu. Bien apprêtées, les minces tranches grillées ont un goût fin en bouche. Elles sont en général servies avec des légumes marinés ou saumurés, des tsukemono, et un bol de riz et d'orge. À savourer avec une bière.

Nabe

Le nabe est la version japonaise du pot-au-feu et se sert souvent à la manière d'une fondue. Ciboule, chou chinois, champignons, radis blanc, carottes, nouilles, tofu, etc. se marient avec des fruits de mer ou des tranches de viande dans un bouillon à base de poisson ou d'algues séchées. Une autre version, l'oden, propose plutôt des quenelles de poisson, des oeufs, des algues et du radis blanc dans un bouillon de soja. Ces pot-au-feu diffèrent d'une région à l'autre et sont très appréciés par temps frisquet.

Taiyaki

Une délicieuse odeur de gaufre vous taquine les narines quand vous déambulez en ville? Repérez le commerce où les gens font la queue: on y cuisine des taiyaki, une gaufre fourrée en forme de poisson. La garniture traditionnelle de cette pâtisserie est l'anko, une pâte sucrée de haricots rouges. Ceux-ci sont indispensables pour les sucreries japonaises. Savourez-les aussi avec des mochi, une pâte de riz gluant, ou des yatsuhashi, une pâte sucrée de riz à la cannelle, spécialité de Kyoto.

Sushi

Les sushis les plus populaires au Japon sont les nigirizushi, où crevette, maquereau, tentacules de calmar, etc. coiffent simplement une boule de riz vinaigré. Il vaut mieux y oublier les rouleaux garnis avec mayonnaise! Il y a quelques règles à suivre: d'abord, saluez l'itamae, le chef. C'est à lui que vous commanderez vos sushis, un ou deux à la fois, sauf au kaitenzushi, où on les choisit sur un tapis roulant. Pour le reste, adressez-vous aux serveurs. Et n'ajoutez pas trop de wasabi, le raifort japonais, au risque de froisser l'itamae!

Chinmi

Le top 3 des chinmi, les mets les plus raffinés du Japon? Les glandes sexuelles de l'oursin (uni), les oeufs de mulet salés et séchés (karasumi) et les intestins de concombres de mer fermentés (konowata). Le Japon étant le principal importateur d'oursins, c'est l'endroit idéal pour les goûter!

***

APPRIVOISER LES TRANSPORTS EN COMMUN À TOKYO

À Tokyo, il y a trois systèmes ferroviaires: le métro, qui compte 13 lignes, les trains exploités par le groupe JR (Japan Railways) et plusieurs chemins de fer privés. Lorsqu'on superpose le tout - sans compter les autobus - c'est un labyrinthe! Bien qu'il soit intimidant, s'y repérer devient une seconde nature après quelques trajets.

Chaque ligne de métro est identifiée par une lettre, une couleur et ses arrêts sont numérotés. Par exemple, «G 05» encerclé d'orange correspond à la cinquième station, nommée Akasaka-mitsuke, sur la ligne Ginza dont la couleur est orange.

S'orienter dans le réseau des trains JR et privés est moins intuitif; il vaut mieux retenir le nom de la ligne et la direction.

Les écriteaux signalétiques, en japonais et anglais, pullulent dans les stations. On s'y fiera pour se guider lors des transferts. Identifiez d'abord les quais d'embarquement, choisissez ensuite dans quel wagon embarquer afin de faciliter la prochaine correspondance, puis trouvez votre sortie parmi des dizaines!

Les tarifs, à partir de 1,50$, augmentent avec la distance parcourue. Plutôt que d'acheter des billets pour le métro, les trains JR ou privés, on se simplifie la vie en acquérant une carte à puce rechargeable, de marque Suica ou Pasmo.

Indispensable pour planifier ses trajets: www.hyperdia.com ou www.jorudan.co.jp

***

LE TRAIN OU L'AUTOCAR POUR VISITER LE JAPON

Le Japon possède l'un des meilleurs réseaux ferroviaires du monde. Si vous prévoyez plusieurs déplacements en train, considérez l'achat d'une carte d'abonnement.

La plus populaire, la JR Japan Rail Pass, couvre le pays. Elle est valide pour 7, 14 ou 21 jours consécutifs (et coûte entre 315$ et 635$ en classe économique) sur les lignes du réseau JR, à bord de car et de traversiers affiliés. À noter toutefois qu'elle n'est pas valide pour tous les trains, excluant certains des plus rapides. Il faut acheter la carte avant d'arriver au Japon. Info: japanrailpass.net



Si on concentre ses visites dans une région, on économisera avec une carte de train régionale. Il en existe une dizaine et certaines peuvent être achetées sur place. Info: www.japan-guide.com/e/e2357.html

Si votre budget vous importe plus que la vitesse des déplacements, optez pour l'autocar! Un aller-retour Tokyo-Kyoto coûte une centaine de dollars. L'entreprise Willer Express, qui couvre les grandes villes, se distingue par ses prix compétitifs. On peut réserver les billets sur leur site internet. L'opérateur offre aussi la Japan Bus Pass valide 3, 4 ou 5 jours (entre 110$ et 155$) pendant deux mois - une aubaine! Le laissez-passer s'achète en ligne de l'étranger. Info: willerexpress.com

***

10 RÈGLES D'ÉTIQUETTE NIPPONNE

1. Au Japon, on s'incline pour saluer, mais aussi pour remercier, s'excuser ou pour demander une faveur.

2. L'oshibori, une serviette humide qu'on reçoit au restaurant, sert à se nettoyer les mains. Certains hommes s'épongeront aussi le visage. À replier après usage.

3. Ne plantez pas vos baguettes dans un bol de riz et ne passez pas un aliment de baguettes à baguettes: ces gestes rappellent ceux de rites funéraires!

4. La politesse recommande de vider son assiette jusqu'au dernier grain de riz.

5. Lorsqu'on boit de l'alcool, il est coutume de servir autrui et de ne pas remplir son propre verre. Ne vous inquiétez pas: quelqu'un s'en chargera!

6. Aspirer bruyamment les nouilles ramen, soba (sarrasin) ou udon (de froment) de sa soupe est signe qu'on apprécie!

7. Utilisez vos deux mains pour donner ou recevoir un objet (carte professionnelle, argent, etc.). S'il s'agit d'une carte professionnelle, prenez le temps de la lire et soignez-la!

8. Au Japon, vous apprécierez les chaussures sans lacets! Lorsque vous entrez dans une maison, une auberge, etc. il faut enlever ses chaussures à l'entrée et enfiler les chaussons fournis. Les temples se visitent souvent en retirant ses souliers. Et on les enlève aussi dans les restaurants où l'on s'assoit à des tables basses traditionnelles.

9. Délaissez les chaussons en pénétrant dans une pièce couverte de tatami, un revêtement de sol traditionnel fait de couches de paille de riz.

10. Près des toilettes, il y a des chaussons désignés. On les utilise et on n'oublie pas de les remettre en place à la sortie...

***

JAPONAIS 101

Bonjour (matin): Ohayoo gozaimasu

Bonjour (après-midi): Konnichiwa

Bonsoir: Konbanwa

Au revoir: Sayoonara

Bonne chance, bon courage: Gambatte kudasai

Comment allez-vous?: Ogenki desu ka?

Je vais bien: Hai, genki desu

Merci beaucoup: Domo arigatoo gozaimasu

Excusez-moi, pardon: Sumimasen (s'utilise aussi pour appeler un serveur)

Je ne comprends pas: Wakarimasen

À votre santé!: Kampai! (surtout, ne dites pas «chin chin», cette expression fait référence aux parties génitales de l'homme...)

***

SAVIEZ-VOUS QUE?

Dans les toilettes publiques, il n'y a pas toujours de papier hygiénique ni de séchoir ou de serviettes pour les mains. Prévoyez le coup...

Des restaurants exposent en vitrine des reproductions en plastique de ce qu'ils servent. Utile pour commander.

Le sushi découle d'une technique millénaire de conservation du poisson qu'on gardait entre des couches de riz.