(Singapour) Singapour va lever les restrictions pour tous les voyageurs vaccinés à partir de la semaine prochaine, a annoncé jeudi Lee Hsien Loong le premier ministre de la cité-État d’Asie du Sud-Est en saluant une « étape majeure » pour la plateforme de correspondance aérienne dans sa stratégie de coexistence avec la COVID-19.

Publié le 24 mars
Agence France-Presse

La région a plus tardé que l’Europe ou l’Amérique du Nord à lever les restrictions. Mais l’Indonésie a aussi annoncé cette semaine la fin de la quarantaine pour les voyageurs, après l’Australie et la Nouvelle-Zélande tandis que la Malaisie va franchir le pas début avril.

À partir du 1er avril, les adultes vaccinés et les enfants non vaccinés pourront être autorisés à entrer à Singapour, porte d’entrée vers de nombreux pays d’Asie Pacifique, sans quarantaine, avec seulement un test effectué avant le départ.

La réouverture du pays va « reconnecter Singapour avec le monde », a déclaré le premier ministre à la télévision.

« Cela donnera un coup de pouce nécessaire aux entreprises, notamment celles du tourisme, et aidera Singapour à retrouver sa position de hub aérien et économique ».

Les mesures pour les résidents de la cité-État ont aussi été assouplies, avec la fin des masques obligatoires à l’extérieur et des regroupements jusqu’à dix personnes autorisés, contre cinq seulement précédemment.

Singapour est passée d’un objectif de COVID-19 zéro à une politique plus flexible l’an dernier quand la grande majorité de sa population a été vaccinée.

Cette approche contraste avec celle de Hong Kong, hub aérien et place financière concurrente en Asie, où les voyageurs doivent encore se soumettre à de longues quarantaines à leur arrivée.

La dirigeante de Hong Kong Carrie Lam a défendu jeudi l’attitude de Hong Kong en soulignant que « les politiques et les mesures adoptées par chaque pays pour combattre la COVID-19 diffèrent », et assuré que l’île restait un centre financier « attractif ».