(Téhéran) L’Iran va recommencer à délivrer des visas touristiques aux étrangers à partir du 23 octobre, plus de 19 mois après la fermeture des frontières de la République islamique sur fond de crise sanitaire, ont indiqué mardi des sources officielles.

Agence France-Presse

« La délivrance des visas touristiques » reprendra le 23 octobre et « les frontières terrestres et aériennes » seront rouvertes, a annoncé le ministre iranien du Tourisme, Ezzatollah Zarghami, cité par le journal Iran, une publication du gouvernement.

En mars 2020, l’Iran avait fermé ses frontières aux ressortissants étrangers sauf en cas de maladie ou pour les voyages d’affaires, quelques semaines après l’annonce officielle des premiers cas de COVID-19 dans le pays.

Selon des médias iraniens, la nouvelle mesure a été prise samedi, lors de la réunion du Comité national de lutte contre la maladie, en présence du président ultraconservateur, Ebrahim Raïssi.

Cette décision n’inclut pas les voyageurs des pays considérés à « haut risque par l’Organisation mondiale de la santé », a précisé le Comité cité par les médias locaux.

Pays le plus durement touché par la pandémie au Moyen-Orient, l’Iran a enregistré plus de 5,5 millions de cas d’infections et près de 120 000 morts depuis le début de la pandémie, selon les statistiques du ministère de la Santé. De l’aveu même de plusieurs responsables iraniens, ces statistiques sous-estiment largement le nombre de morts et de cas.

Alors que les chiffres officiels sont relativement en baisse ces dernières semaines, l’Iran a traversé cet été une « cinquième vague » de la maladie, enregistrant des records de contaminations et de morts alimentés par le variant Delta, particulièrement contagieux.

En 2019, 8,8 millions de touristes avaient visité la République islamique. D’après le ministère du Tourisme, leur nombre a baissé de 94 % depuis le début de la pandémie de COVID-19.