(Pékin) La plus grosse compagnie aérienne chinoise, China Southern, est devenue mardi la dernière en date en Chine à lancer des forfaits de vols illimités pour tenter de relancer un secteur lourdement frappé par la COVID-19.

Agence France-Presse

Si l’activité a largement repris dans le pays asiatique, l’aérien est durement touché par la pandémie, avec des pertes évaluées à 34,25 milliards de yuans (6,4 milliards $) au second trimestre, selon l’Administration chinoise de l’aviation civile (CAAC).

Depuis mardi, China Southern propose un forfait à 3699 yuans (700 $) permettant de voyager à volonté sur des vols intérieurs entre fin août et début janvier.

Au moins huit compagnies aériennes en Chine ont lancé ces dernières semaines des offres similaires pour tenter d’attirer des voyageurs, encore réticents à se déplacer à l’heure où de petits foyers d’infection sont signalés à différents endroits du pays.

China Eastern, deuxième compagnie aérienne en nombre de passagers, propose quant à elle des vols intérieurs illimités le week-end.

Pour sa part, Lucky Air, filiale de Hainan Airlines, propose depuis mi-juillet des vols illimités pour une durée d’un mois à un an, à partir de 1588 yuans (302 $).

En pleine pandémie, la Chine avait fortement réduit fin mars ses vols internationaux afin de juguler l’arrivée depuis l’étranger de personnes porteuses de la COVID-19.

Depuis le mois dernier, le pays autorise toutefois une reprise très limitée des vols internationaux. Air France a depuis obtenu deux vols hebdomadaires entre Paris et Shanghai.

Les compagnies étrangères doivent toutefois obtenir au préalable le feu vert de la ville d’arrivée, ce qui complique les procédures.