Seule une des cinq premières têtes de série aura accédé aux quarts de finale de l’Omnium Banque Nationale. Ce survivant, c’est Casper Ruud.

Mis à jour le 11 août
Katherine Harvey-Pinard
Katherine Harvey-Pinard La Presse

Le Norvégien est venu à bout de l’Espagnol Roberto Bautista Agut en trois manches de 6-7 (4), 7-6 (4) et 6-4 au terme d’un match particulièrement long et serré, jeudi après-midi, au stade IGA.

C’est la deuxième fois en deux ans et deux participations au tournoi que Ruud atteint les quarts de finale de l’Omnium Banque Nationale. L’an dernier, il avait affronté Stéfanos Tsitsipás. Cette fois-ci, il se mesurera au favori de la foule : Félix Auger-Aliassime.

Casper Ruud, 23 ans, n’avait encore jamais eu le dessus sur Bautista Agut, les deux joueurs ne s’étant fait face qu’à deux reprises jusqu’ici dans leur carrière. Leur duel était d’ailleurs le premier de la journée sur le court central ; il a commencé à midi, mais ne s’est terminé qu’en fin d’après-midi.

PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

Casper Ruud

La première manche à elle seule s’est étirée sur 1 heure 13 minutes. Avec un bris chacun en poche, Bautista Agut et Ruud ont dû disputer un jeu décisif. Peut-être nerveux, le jeune Norvégien a envoyé la balle dans le filet par deux fois ; la première manche est allée à son opposant.

Mais la 7raquette mondiale n’avait pas dit son dernier mot. On a eu droit à une autre manche serrée au possible. Cette fois-ci, le Norvégien a eu le dessus dans de longs échanges au bris d’égalité, ramenant les deux joueurs à la case départ.

Malgré ses 40 coups gagnants, Casper Ruud comptabilisait 29 fautes directes, contre 21 pour son adversaire, au moment d’entamer l’ultime manche. Ultime manche qui a rapidement été interrompue par une pluie battante, laquelle a forcé tout le monde à quitter le terrain pour une trentaine de minutes.

Au retour, Ruud a éprouvé quelques difficultés à retourner les services de son adversaire, mais n’a pas tardé à retrouver ses esprits. Alors qu’il menait 5-3, Ruud a raté trois occasions de fermer les livres. L’Espagnol refusait d’abandonner, faisant même signe à la foule de faire plus de bruit. C’est finalement au jeu suivant que le Norvégien a confirmé sa victoire.

Kyrgios fonce en quarts de finale

Comme le match de Ruud et Bautista Agut s’étirait sur plusieurs heures, l’affrontement suivant a été déplacé sur un terrain connexe. Cet affrontement, c’était celui tout australien entre Nick Kyrgios et Alex de Minaur. Et il n’a pas duré très longtemps…

PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

Nick Kyrgios

Au lendemain de sa victoire sur le no 1 mondial Daniil Medvedev, Kyrgios n’a eu besoin que de 62 minutes pour écarter son compatriote.

« C’était extrêmement difficile. Je me suis senti mal toute la journée, très nerveux, a-t-il indiqué après le duel. De toute évidence, ce n’est pas facile de jouer contre un de tes bons amis et un de tes compatriotes. »

« J’ai exécuté mon plan de match extrêmement bien aujourd’hui. Je pense que c’était un match dangereux pour moi, parce que si je ne jouais pas de la bonne façon… […] C’est un énorme poids de moins sur mes épaules. »

Kyrgios poursuit donc son été nord-américain au plus-que-parfait, qui illustre une véritable renaissance depuis quelques mois, après deux années noires plombées par une dépression et des pensées suicidaires.

Je pense que je suis très confiant en moi et je joue juste bien. Même si je suis fatigué, je frappe très bien la balle. Je sers bien.

Nick Kyrgios

Redoutable de puissance et d’efficacité, il a pris son compatriote à la gorge d’entrée de jeu, en le brisant deux fois d’affilée. Il réussissait alors à peu près tout ce qu’il entreprenait, que ce soit en fond de court ou à la volée.

Le début de seconde manche a été légèrement plus disputé, de Minaur profitant d’un relâchement de son adversaire pour briser à son tour. Mais Kyrgios s’est immédiatement ressaisi en lui reprenant le service dans la foulée, pour ensuite accroître son avantage avec un double bris.

« En ce moment, je sens que les gens sont un peu nerveux de m’affronter parce que je joue tellement bien, a-t-il laissé tomber. Je dois utiliser ça à mon avantage. J’ai tellement traversé de choses. J’ai tellement d’essence dans le réservoir. Je sais, au fond de moi, ce pour quoi je joue. Il y a beaucoup de choses qui continuent de me motiver. »

En quarts de finale, Kyrgios affrontera le Polonais Hubert Hurkacz, 10e au monde.

« C’est un des meilleurs joueurs que nous avons », a lancé Kyrgios.

« Écoute, je suis excité. Je veux juste aller manger et aller au lit, a-t-il ajouté dans son habituelle franchise. Mais oui, peu importe ce qui arrive demain, ça arrivera. »

Avec l’Agence France-Presse