(Rome) L’ex-premier ministre italien Silvio Berlusconi, 85 ans, a annoncé samedi qu’il renonçait à être candidat à la présidence de la République, un poste prestigieux pour lequel le vote débute lundi au Parlement.

Publié le 22 janvier
Agence France-Presse

Le milliardaire faisait campagne en coulisses depuis des semaines pour remplacer le président sortant Sergio Mattarella, même si les observateurs doutent qu’il dispose des votes nécessaires.  

Dans un communiqué en marge d’un rassemblement virtuel avec d’autres leaders de la droite, M. Berlusconi a assuré qu’il avait les voix nécessaires, mais que dans un esprit de « responsabilité nationale », il avait demandé à ses soutiens de retirer son nom.

« Aujourd’hui, l’Italie a besoin d’unité », a-t-il dit, en référence à l’épidémie de coronavirus : « Je continuerai à servir mon pays autrement ».

Mario Draghi, l’actuel premier ministre à la tête d’un gouvernement d’union nationale et ancien chef de la Banque centrale européenne est favori.  

Mais Silvio Berlusconi, dont le parti Forza Italia participe au gouvernement, préfère qu’il reste à son poste jusqu’aux élections de 2023.

« Je juge nécessaire que le gouvernement Draghi termine son travail jusqu’à la fin de la législature », a-t-il dit dans un communiqué transmis par son porte-parole.

Cela permettrait à M. Draghi de mener à bien les réformes du système fiscal et judiciaire, et de l’administration, promises en échange des milliards d’euros du plan de relance post-pandémie de l’Union européenne, a-t-il expliqué.

Le président de la République italienne, au rôle essentiellement honorifique, exerce un pouvoir considérable en cas de crise politique, qu’il s’agisse de dissoudre le Parlement, de choisir le premier ministre ou de refuser des mandats à des coalitions fragiles.  

Un millier de sénateurs, députés et représentants régionaux commenceront à voter lundi.  

Pour être élu, il faut deux tiers des voix aux trois premiers tours, puis la majorité absolue aux tours suivants.  

En raison des mesures de sécurité liées à la COVID-19, chaque tour prendra une journée et, comme le veut la tradition, il n’y a théoriquement pas de candidats officiels.

Le 13 janvier, M. Berlusconi s’était offert une page dithyrambique à sa gloire dans le quotidien de droite Il Giornale, appartenant à sa famille. Une liste de 25 lignes, sous une photo, vantait ses qualités parmi lesquelles « héros de la liberté » qui « mit fin à la guerre froide » et « exemple pour tous les Italiens ».