En Bulgarie, des manifestants contre les mesures sanitaires ont tenté mercredi de prendre le parlement d’assaut. Ça vous rappelle quelque chose ?

Publié le 16 janvier
Jean-Christophe Laurence
Jean-Christophe Laurence La Presse

Prendre d’assaut le parlement ? Vous voulez rire ? Mais c’est en train de devenir une mode ! Que s’est-il passé, exactement ?

C’est très sérieux, au contraire. De 500 à 1000 personnes se sont retrouvées dans la capitale, Sofia, mercredi, pour protester contre les vaccins et le passeport sanitaire. Les policiers, qui ne portaient ni casques, ni armes, ni matraques, selon le site Radio Free Europe/Radio Liberty, ont eu beaucoup de difficulté à repousser les manifestants, qui tentaient de pénétrer de force dans le bâtiment.

Mais qui a organisé cette manifestation ? Pas Donald Trump toujours !

Selon ce qu’on sait, tous ces gens sont venus de partout en Bulgarie à l’instigation du parti d’extrême droite Vazrajdané, qui signifie « renaissance » en bulgare. Son leader, Kostadin Kostadinov, dénonce haut et fort toutes les mesures sanitaires prises par le gouvernement contre la COVID-19, qu’il juge liberticides, voire inutiles, et réduit les vaccins au rang de « liquides non identifiés », inoculés dans le cadre d’une « expérimentation monstrueuse sur le genre humain ».

PHOTO WIKIMEDIA COMMONS

Kostadin Kostadinov, leader du parti d’extrême droite Vazrajdané

Et à quoi ressemble la situation de la COVID-19 en Bulgarie ?

Pas terrible, voire pire que tout. Le pays le plus pauvre de l’Union européenne [UE] affiche le taux de mortalité le plus élevé de l’UE et le deuxième du monde, après le Pérou. Le nombre total de morts, lui, s’élève à environ 32 000. Ceci explique peut-être cela : la Bulgarie enregistre le taux de vaccination le plus bas d’Europe, avec seulement 28 % de sa population, de 6,5 millions d’habitants, entièrement vaccinée.

D’où ce passeport vaccinal, maintenant exigé par le gouvernement…

Oui. Là-bas, c’est le masque et le passeport sanitaire pour entrer dans les restos, les magasins, les transports en commun et les centres d’entraînement. Mais la fronde face aux restrictions et aux vaccins est grande, alors que certains « influenceurs » en dénigrent la portée, comme un certain DAtanas Mangarov, équivalent bulgare du Français Didier Raoult, qui a plus de 40 000 membres sur sa page Facebook. Le gouvernement bulgare est tellement désespéré qu’il a offert une récompense de 75 leva [environ 50 $] aux retraités pour qu’ils aillent chercher leur première ou leur deuxième dose.

Désespéré, en effet… Mais parlez-nous encore de ce petit parti d’extrême droite. Dangereux ou non ?

Attention avant de dire « petit ». Si elle n’est pas une formation de premier plan, Vazrajdané a quand même récolté 130 000 voix aux élections législatives de novembre dernier, remportées pas le parti centriste Prodalzhavame promyanata (Continuons le changement). Vazrajdané est ainsi devenu la sixième force politique du pays, avec 5 % des voix et 13 sièges sur 240 au Parlement. Pas beaucoup, mais pas rien. Ce parti prorusse, fondé en 2014, plaide entre autres pour que la Bulgarie sorte de l’OTAN et de l’Union européenne, ce qui doit franchement plaire à Vladimir Poutine.

Bon. Jusqu’ici ça va, non ?

Quand même… son leader, Kostadin Kostadinov, n’est pas un ange. En 2019, il prônait la violence envers les élus dans une pub douteuse diffusée sur la page Facebook de sa formation. Selon un article de Radio Free Europe/Radio Liberty, il aurait aussi été arrêté en 2011 pour violences contre une communauté rom, alors qu’il faisait partie d’un groupe de skinheads. Il est aussi soupçonné de détournement de fonds publics. Sans parler de sa collègue Elena Guncheva, accusée de propos antisémites. Selon elle, les candidats juifs n’étaient « que des invités » dans la dernière campagne électorale. C’est plus que limite !

Et donc, tout ce beau monde est aussi contre les mesures sanitaires…

Apparemment non ! Selon une enquête de la chaîne bTV, la plupart des députés du parti Vazrajdané seraient vaccinés contre la COVID-19 ! Même s’il en est l’instigateur, Kostadinov était absent de la manifestation de mercredi. Considéré comme un cas contact après sa rencontre avec le président, Roumen Radev, depuis déclaré positif, il était en quarantaine…

Sources : Radio Free Europe/Radio Liberty, Le Temps, Le Monde, Courrier international, Euractiv