(Londres) Le premier ministre britannique Boris Johnson a condamné « sans réserve » jeudi l’attitude du président américain Donald Trump pour avoir encouragé les violences perpétrées par ses sympathisants au Capitole, siège du Congrès américain.  

Agence France-Presse

« Je condamne sans réserve le fait d’encourager des personnes à se comporter de manière honteuse comme elles l’ont fait au Capitole », a déclaré Boris Johnson lors d’une conférence de presse.

« Toute ma vie, l’Amérique a représenté des choses très importantes : une idée de la liberté et une idée de la démocratie », a déclaré le dirigeant britannique, qui entretenait de bonnes relations avec le milliardaire républicain, partisan comme lui du Brexit.

Il a estimé que Donald Trump avait « totalement tort » quand il a « encouragé les gens à envahir le Capitole » et « sans cesse jeté le doute sur le résultat d’une élection libre et juste ».

Boris Johnson s’est aussi dit « ravi » que le Congrès américain ait confirmé jeudi le démocrate Joe Biden en tant que prochain président des États-Unis, permettant à la démocratie de « prévaloir ».  

Face aux violences, Donald Trump s’était exprimé mercredi dans une courte vidéo dans laquelle il appelait les manifestants, qui avaient forcé l’entrée du Capitole pendant une séance du Congrès, à « rentrer chez eux », mais où il réitérait aussi sans preuves que l’élection avait été « volée ».

Dans un bref communiqué, il s’est simplement engagé depuis à un transfert du pouvoir « ordonné », réaffirmant son « complet désaccord » avec le résultat de l’élection.