(Londres) Face à la flambée du nouveau variant du coronavirus, les Britanniques ont amorcé mardi un long et dur confinement, que le gouvernement promet de mettre à profit pour vacciner près de 14 millions de personnes d’ici mi-février.

Sylvain PEUCHMAURD
Agence France-Presse

Chiffrant la gravité de la situation, le Bureau national des statistiques estime que plus de 1,12 million de personnes étaient infectées par le virus en Angleterre la semaine dernière, soit un habitant sur cinquante. Plus de 60 000 cas ont été recensés mardi au Royaume-Uni.

Une telle propagation du virus laisse augurer pour les semaines à venir de nombreuses admissions dans des hôpitaux déjà au bord de la rupture et une aggravation du bilan, déjà l’un des plus lourds d’Europe (plus de 76 000 morts).

Sous pression, le premier ministre Boris Johnson a étendu à toute l’Angleterre les confinements locaux en vigueur et fermé les écoles.

L’Écosse est aussi entrée dans un confinement du même type pour au moins tout le mois de janvier. Déjà confinés, Pays de Galles et Irlande du Nord ont décidé de laisser les enfants à la maison.

Face à ce nouveau « sacrifice » pour la population, le chef du gouvernement a promis mardi « la plus grande transparence possible » pour montrer qu’il utilise « chaque seconde de ce confinement » pour déployer le « bouclier invisible » du vaccin autour des plus âgés et des plus vulnérables.

« Réaliste, mais pas facile »

Elles sont déjà plus de 1,3 million à avoir été vaccinées dans tout le Royaume-Uni, dont plus de 650 000 de plus de 80 ans, soit 23 % de cette tranche d’âge en Angleterre, a-t-il annoncé lors d’une conférence de presse.

Près de 1000 sites de vaccination sont opérationnels, avant le recours dans les prochains jours aux écoles, stades et centres de conférences, selon Boris Johnson.

Dans une allocution au ton solennel, faisant écho à l’annonce du confinement par le premier ministre la veille, le chef de l’opposition travailliste Keir Starmer a exhorté le gouvernement à mettre sur pied un programme de vaccination « 24 heures sur 24 ». Étrillant les « erreurs » du gouvernement, il a néanmoins réitéré son soutien au confinement face à un virus « hors de contrôle ».

Pour alléger la pression sur les hôpitaux anglais, où le nombre de patients atteints par le virus frôle les 27 000, bien plus que le pic de la première vague, les autorités espèrent vacciner d’ici mi-février tous les plus de 70 ans et les soignants, soit près de 14 millions de personnes.

Objectif « réaliste, mais pas facile », aux yeux du médecin-chef pour l’Angleterre Chris Whitty. La campagne est désormais menée avec deux vaccins, le Pfizer/BioNTech et l’AstraZeneca/Oxford.  

Nilay Shah, chef du département de Génie chimique à l’Imperial College de Londres, a jugé « possible d’atteindre des niveaux de vaccination de 300 000 à 500 000 doses par jour », moyennant « beaucoup de coordination ».   

Situation « chaotique »

En Angleterre, « début mars, nous devrions pouvoir lever certaines de ces restrictions, mais pas nécessairement toutes », a prévenu Michael Gove, chargé de la coordination de l’action du gouvernement britannique, sur Sky News.  

Légalement, le confinement entre en vigueur mercredi à 0 h 01 locales, mais Boris Johnson avait appelé lundi soir la population à suivre les règles immédiatement. Le Parlement en débattra mercredi.

Les sorties ne sont autorisées que pour des raisons essentielles, comme faire des courses, aller travailler quand c’est impossible de la maison ou pour raisons médicales.  

Comme lors du premier confinement au printemps et contrairement au deuxième en novembre, les écoles ont fermé dès mardi, après que certaines ont ouvert pour un seul jour la veille.  

Jerry Glazier, un porte-parole du syndicat d’enseignants NEU, a déploré une situation « chaotique » et une décision de « dernière minute » qui était réclamée de longue date.  

À Londres, les rues sont quasi désertes. « Je ne sais pas si les gens vont pouvoir faire ce dernier effort », s’inquiète Alex, retraité de 65 ans interrogé par l’AFP, critique envers la gestion de la crise.

Pour soutenir les centaines de milliers d’entreprises déjà malmenées par les précédentes restrictions, comme les commerces et restaurants, le gouvernement britannique a annoncé 4,6 milliards de livres (5,1 milliards d’euros) de nouvelles aides.