(Bruxelles) L’OTAN tourne mardi la page des années Trump avec la dernière réunion des ministres des Affaires étrangères de l’année, et attend avec impatience la prise de fonction de Joe Biden pour resserrer les liens avec les États-Unis.

Christian SPILLMANN
Agence France-Presse

Le secrétaire général de l’Alliance, le Norvégien Jens Stoltenberg, attend Joe Biden à Bruxelles pour un sommet début 2021 et ne cache pas sa satisfaction après l’élection de l’ancien vice-président de Barack Obama.  

« C’est une bonne chose pour nous tous. Joe Biden est un fervent partisan de l’OTAN. Nous pouvons espérer resserrer les liens transatlantiques », a-t-il confié lundi lors de la présentation de la réunion des ministres des Affaires étrangères.

Ce sera le dernier rendez-vous avec le secrétaire d’État Mike Pompeo. Les discussions se feront en visio-conférence pendant deux jours.

La réunion a été consacrée mardi à l’avenir de l’Alliance, mise à mal par la défiance qu’elle inspirait au président Donald Trump, et à « sa capacité de s’adapter pour faire face au changement de rapport de force avec le réarmement de la Russie et la montée en puissance de la Chine comme puissance économique et militaire », a précisé Jens Stoltenberg à l’issue de la première journée.

« L’OTAN aura l’avenir que ses membres vont lui donner. Il va dépendre du réengagement des États-Unis, de l’engagement des Européens et de la capacité de l’Alliance de traiter les problèmes posés par la Turquie, membre de l’alliance mais en rupture de ban », a commenté un responsable de l’Alliance.

« Ankara bloque beaucoup de décisions, notamment le partenariat entre l’OTAN et l’Union européenne, mais aussi d’autres partenariats qui ne lui conviennent pas », a-t-il souligné.

Un rapport commandé à une dizaine d’experts sur les réformes à envisager pour un meilleur fonctionnement de l’Alliance a été rendu public mardi.

Il formule un certain nombre de recommandations, notamment la nécessité de protéger les infrastructures vitales des pays de l’Alliance contre les investissements chinois.

« Ce rapport va nourrir les propositions que je vais soumettre aux États membres lors du sommet de l’Alliance », a expliqué le Norvégien. La date n’a pas encore été fixée, mais la tradition veut qu’il suive l’entrée en fonction du nouveau président américain, selon un responsable de l’Alliance.

Le ministre français Jean-Yves le Drian et son homologue allemand Heiko Maas, à l’origine de cette initiative, ont salué dans une déclaration commune des « recommandations qui nous permettront d’œuvrer afin de consolider l’Alliance et notamment son rôle d’enceinte transatlantique centrale pour la coordination de nos politiques de défense et de sécurité ».

Une modification des règles pour les prises de décision est évoquée dans ce rapport, mais elle n’a aucune chance d’être approuvée.

« L’unanimité est requise et il ne faut pas attendre une remise en cause du consensus », a affirmé le représentant d’un pays membre.

« Tout le monde a la Turquie à l’esprit lorsque le sujet est abordé, et l’adoption d’un code de conduite qui s’imposera aux alliés est une formule de compromis », a-t-il expliqué.

La Turquie est et doit rester membre de l’OTAN. L’alliance ne prévoit pas de procédure d’exclusion et personne ne veut cela, a-t-il souligné. « Il faut la volonté politique de dire les choses à la Turquie et de lui demander des clarifications », a-t-il affirmé.

Réalisme

Les Alliés attendent de Joe Biden qu’il rende aux États-Unis leur rôle au sein de l’Alliance, mais ils se disent « réalistes ».

« Je n’attends pas de changements fondamentaux majeurs dans la stratégie », a commenté un responsable européen.

Le désengagement militaire américain va se poursuivre et les Européens vont être appelés à prendre davantage de responsabilités au sein des missions de l’Alliance en Afghanistan et en Irak, a souligné Jens Stoltenberg.  

« Des décisions difficiles vont devoir être prises en février 2021 pour la mission en Afghanistan si le processus de paix échoue », a-t-il averti.

« Aujourd’hui, les Européens ne se demandent plus seulement ce que l’Amérique peut faire pour eux, mais nous nous demandons surtout ce que nous devons faire nous-mêmes afin de défendre notre propre sécurité et forger un partenariat transatlantique plus équilibré, si bien que ces deux dimensions sont désormais indissociables », ont insisté les ministres français et allemand.

Mais l’Allliance reste préoccupée par l’autonomie stratégique européenne. « Toute tentative de s’éloigner de l’Amérique du Nord va diviser les Européens », a averti Jens Stoltenberg.