(Helsinki) La capitale finlandaise, largement épargnée jusque-là par la pandémie de COVID-19, va mettre en place de nouvelles restrictions très contraignantes à cause d’une flambée de cas, a annoncé son maire mardi.

Agence France-Presse

Les lycées, les bibliothèques et les piscines seront fermés et les évènements publics totalement interdits à Helsinki à cause de la situation « inquiétante », a déclaré le maire Jan Vapaavuori lors d’une conférence de presse.

« Nous proposons d’utiliser l’ensemble des mesures qui sont du ressort de la municipalité », a expliqué M. Vapaavuori, précisant que les services de santé et de suivi des cas risquaient d’être submergés.  

La date d’entrée en vigueur des restrictions et d’autres détails seront annoncés en fin de semaine, a-t-il ajouté.  

Une série de contaminations dans des maisons de retraite et des foyers pour SDF ces derniers jours à Helsinki ont prouvé la nécessité de mesures plus strictes, a précisé M. Vapaavuori, déplorant que « trop de gens » ont ignoré les recommandations sanitaires.

La municipalité n’avait pour l’instant que recommandé de limiter les rencontres privées en intérieur et de porter le masque dans certaines situations.

Des restrictions éventuelles concernant les restaurants et les bars ou relatives à la liberté de mouvement seront décidées par le gouvernement central.

Lundi, la première ministre Sanna Marin avait prévenu qu’un nouvel état d’urgence pourrait être déclaré si les mesures actuelles n’étaient pas efficaces, ce qui permettrait un nouveau bouclage de la région de Helsinki, comme ce fut le cas en mars et avril derniers.

Juha Tuominen, chef des autorités sanitaires de la région capitale, a noté « une assez forte augmentation des contaminations » à la COVID-19, avec 1533 nouveaux cas confirmés sur la semaine écoulée, contre 992 sur la précédente.

Le taux d’infection en Finlande continue d’être de loin le plus bas de l’UE, avec 69 nouveaux cas pour 100 000 habitants recensés sur la dernière quinzaine. Il s’établissait à une quarantaine de cas pour 100 000 début novembre.

Mais ce taux est actuellement nettement plus élevé dans la capitale et sa région, à 155,8 nouveaux cas pour 100 000 habitants.