(Rome) Environ 160 migrants secourus par le navire humanitaire Ocean Viking en Méditerranée centrale vendredi dernier ont pu débarquer dans le sud de l’Italie, à Tarente, s’est félicitée mardi l’ONG SOS Méditerranée dans un communiqué.

Agence France-Presse

« Vendredi 20 décembre, 162 personnes, dont 50 mineurs et cinq femmes enceintes, ont été secourues […] lors de deux sauvetages particulièrement complexes dans les eaux internationales au large des côtes libyennes », indique l’ONG qui a affrété le navire en partenariat avec Médecins sans frontières (MSF).

La première opération s’est déroulée à l’aube, alors qu’il faisait encore nuit, quand un canot pneumatique a été repéré avec 112 personnes « terrifiées » à bord, la proue du canot déjà « entièrement dégonflée », selon la même source.

Le même jour, peu avant minuit, 50 personnes à bord d’une embarcation en bois ont été de nouveau secourues « dans la zone de recherche et de sauvetage maltaise […] dans des conditions météorologiques et maritimes périlleuses », précise l’ONG.

« L’équipe à bord » du navire humanitaire Ocean Viking « est sous le choc après avoir vécu des scènes aussi dramatiques et mené des opérations aussi complexes », a assuré Nicola Stalla, coordinateur des opérations de recherche et de sauvetage, cité par le communiqué.

Le deuxième groupe de migrants aurait dû être transbordé sur un navire maltais, mais cette opération a échoué en raison des mauvaises conditions météo et par la suite les autorités de la petite île n’ont même pas permis au navire d’entrer dans ses eaux territoriales pour s’y abriter et effectuer le transfert prévu.

« Les équipes et les personnes secourues ont été très soulagées lorsque les autorités maritimes italiennes ont annoncé dimanche soir que Tarente », dans le sud de la péninsule, dans les Pouilles, « avait été désigné comme lieu sûr de débarquement », où les migrants sont finalement arrivés lundi.

« L’Ocean Viking va repartir remplir sa mission en Méditerranée centrale. Des moyens supplémentaires de sauvetage au niveau européen sont absolument nécessaires tant que des personnes continuent de fuir les horreurs qu’elles subissent en Libye », concluent les ONG humanitaires.