Source ID:c42cf3bdf3db305baa4aa1c662f0cf3a; App Source:StoryBuilder

Un sommet à Istanbul sur l'effort de paix en Syrie

Le président russe, Vladimir Poutine, la chancelière allemande,... (Photo MAXIM SHIPENKOV, AFP)

Agrandir

Le président russe, Vladimir Poutine, la chancelière allemande, Angela Merkel, le président turc, Recep Tayyip Erdogan , et le président français, Emmanuel Macron, ont pris part à une conférence de presse conjointe.

Photo MAXIM SHIPENKOV, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRISTOPHER TORCHIA
Associated Press
Istamboul

Les dirigeants turc, russe, français et allemand ont déclaré samedi que les Syriens devront eux-mêmes mener les efforts de paix dans leur pays ravagé par la guerre civile - un défi mis en relief par l'absence de groupes syriens à leur sommet.

Réunis dans un vieux manoir à Istanbul, les présidents et la chancelière ont mis de côté leurs différends par rapport au régime de Bachar al-Assad afin de s'entendre sur des cibles plus générales, telles que l'éventuel retour au bercail de millions de réfugiés fuyant ce conflit, qui a fait plus de 400 000 morts en sept ans.

Le président français, Emmanuel Macron, a dit que, sans l'amorce d'un processus politique, on ne peut envisager de façon crédible le retour des réfugiés dans leur pays.

La chancelière allemande, Angela Merkel, a insisté sur l'importance des « conditions préalables » au retour de ces réfugiés, qui devront selon elle être mises en oeuvre en étroite collaboration avec les Nations unies.

« Il est nécessaire à nos yeux de garantir qu'il n'y aura pas de persécution ni d'arrestations, que certaines conditions humanitaires fondamentales seront remplies, qu'une certaine infrastructure humanitaire soit présente », a-t-elle martelé.

Mme Merkel a pris part à une conférence de presse conjointe avec M. Macron , le président turc, Recep Tayyip Erdogan , et le président russe, Vladimir Poutine.

Leur déclaration finale appelle à « un processus politique inclusif, dirigé et contrôlé par les Syriens » ainsi qu'à la convocation d'un comité d'ici la fin de l'année pour travailler sur une réforme constitutionnelle comme prélude à des élections libres et justes en Syrie.

Depuis 2015, l'Union européenne peine à gérer l'afflux de réfugiés - notamment en provenance de l'Irak et de la Syrie -, et ses membres espèrent que les pays déchirés par la guerre pourront se stabiliser et permettre le retour au bercail de leurs citoyens.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer