Source ID:6d5d58c5753a3f94a4afa34ee6b4eb77; App Source:StoryBuilder

Abus: les présidents des conférences épiscopales convoqués au Vatican

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Cité du Vatican

Le pape François a convoqué pour février 2019 au Vatican une réunion sans précédent de tous les présidents des conférences épiscopales dans le monde pour aborder le thème de « la protection des mineurs », a annoncé mercredi le Saint-Siège.

Le souverain pontife argentin est confronté depuis des mois à la révélation de nouveaux scandales d'agressions sexuelles du clergé à vaste échelle, en particulier en Australie, au Chili et aux États-Unis.

Un ex-ambassadeur auprès du Saint-Siège, Mgr Carlo Vigano, est allé jusqu'à demander la démission du pape en août, accusant François d'avoir couvert pendant cinq ans le cardinal américain Theodore McCarrick soupçonné d'agressions sexuelles sur des séminaristes et des prêtres.

Selon un communiqué mercredi du « C9 » le conseil de cardinaux qui aide le pape François à réformer le Vatican-la réunion des présidents des conférences épiscopales aura lieu du 21 au 24 février 2019 au Vatican.

En attendant, le pape François doit recevoir jeudi les principaux membres de la Conférence épiscopale américaine : son président le cardinal Daniel DiNardo, son vice-président Mgr José Horacio Gómez et son secrétaire général Mgr Brian Bransfield.

Sera également présent l'archevêque de Boston Sean O'Malley, président de la Commission pontificale pour la protection des mineurs.

Le sujet de leur entretien n'a pas été précisé, mais la publication mi-août d'un rapport accablant sur les agressions sexuelles commises en Pennsylvanie (est) par des membres du clergé, ajoutée à la démission en juillet du cardinal américain Theodore McCarrick, ont secoué l'Église catholique américaine, révélant de profondes divisions entre évêques.

La commission contre la pédophilie présidée par le cardinal O'Malley avait prévenu dimanche que la lutte contre les agressions d'enfants devait être « la priorité » de l'Église catholique.

Le Saint-Siège va apporter « les éclaircissements nécessaires » après les récentes attaques frontales d'une frange ultraconservatrice de l'Eglise contre le pape François, avait annoncé lundi le « C9 » dans un communiqué inhabituel.

Mais la porte-parole du Saint-Siège, qui présentait mercredi les résultats de la réunion de trois jours du « C9 », n'a pas apporté de précision sur la date à laquelle le Vatican pourrait répondre aux attaques lancée par Mgr Vigano.

Paloma Ovejero n'a pas non plus évoqué de changement immédiat dans la composition du conseil mis en place par François peu après son élection au printemps 2013.

Lundi, le « C9 » avait évoqué une réflexion sur la structure et la composition du conseil invoquant « l'âge avancé de certains membres ».

Tous les yeux sont tournés vers deux membres : le Chilien Francisco Javier Errazuriz, 85 ans, accusé d'avoir fait la sourde oreille face aux victimes de pédophilie dans son pays, et l'Australien George Pell, 77 ans, qui fait face à des poursuites pour des agressions sexuelles anciennes contre des enfants.

Ce dernier ne siège plus au C9 depuis qu'il a été mis en disponibilité par le Vatican à l'été 2017 pour se défendre devant la justice australienne.

Tous les membres actuels du conseil ont « à leur agenda » la date de la prochaine réunion, prévue du 10 au 12 décembre, a noté la porte-parole du Vatican.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer